THIERRY BRETON m'A VOLER....

Publié le par lavapeur

L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous explique le personnage de THIERRY BRETON, qui a refusé de payer à votre rédacteur en chef, sa T.V.A. par copinage avec une relation de bas-fonds, l'ami HERVE GAYMARD! Entre  escrocs des con--tribuables on se sert les coudes :).

 Thierry Breton viré de la banque Rothschild ?  
Dans les milieux d’affaire, les élucubrations de Thierry Breton sur l’affaire EADS commencent à inquiéter tout ce petit monde qui préfère les eaux calmes à la tempête. La banque Rothschild qui s’était distinguée il y a une époque en achetant des centaines d’hectares dans le désert des agriates en Corse, du terrain qui ne vaut rien, et plus récemment en investissant dans le quotidien Libération qui continu à perdre de l’argent, a vu après la piteuse prestation de Thierry Breton en tant que ministre des finances, un géni de l’économie, et l'a prestement embauché pour sa fillière israëlienne... Les clients investisseurs de cette banque envisagent de déménager et de changer d’établissement, c’est le bruit qui coure dans les milieux financiers à l’heure actuelle. La droite se demande ce qu’elle pourrait faire de ce gêneur qui va sans tarder se retrouver à l’ANPE ? Pour le FMI, c’est trop tard, on y a casé DSK, mais pourquoi pas la direction de la caisse des dépôts, ou gardien du désert des agriates... Les Américains qui n'ont peur de rien vont pouvoir profiter de la science de Breton; en effet il est question qu'il enseigne à Boston "la gouvernance"??? Non, non ce n'est pas une blague; on s'étonnera après de se faire traiter d'escrocs... Le désert des agriates. Malgré son nom, le désert des Agriates d'environ 16.000 hectares ne contient pas un seul grain de sable si l'on fait exception des plages en bordure de mer. Pas d'habitations ni cultures, juste de la rocaille à perte de vue, en particulier dans sa partie ouest. Il est aujourd'hui officiellement reconnu comme le seul véritable désert européen.
  

Un Breton dans le désert Corse, ce serait vraiment la rupture!

Commenter cet article