YVAN COLONNA EST ......

Publié le par lavapeur

L'ECHO DES MONTAGNES,  dans le légitime but de vous informer, continue depuis  août 2000, de crier l'innocence d'YVAN COLONNA de ce qu'on l'accuse, à savoir  l'assassinat du préfet CLAUDE ERIGNAC.

L'ECHO DES MONTAGNES a toujours été le seul journal a déclaré publiquement et dès le premier jour l'innocence du berger de CARGESE et l'a prouvé en démontrant qu'YVAN est trop petit pour être l'auteur des coups de feu mortels.  N'oubliez pas que votre rédacteur en chef préféré était Officier de Tir dans l'armée française et connait donc  parfaitement la balistique et la trajectoire des balles.... !

La rédaction de l'ECHO DES MONTAGNES constate qu'aujourd'hui certains médias découvrent enfin le problème en criant "coup de théatre au procès,  Colonna est trop petit". Que de temps perdu et gaspillé pour Colonna YVAN, jeté en prison dans des conditions contraire aux droits de l'HOMME.

L'ECHO DES MONTAGNES vous rappelle  ses écrits d'août 2000, parus dans le numéro1 et 2 du journal: " L'assassinat du préfet Erignac est une machination  et une manipulation collective, non  imputables aux CORSES qui trouvent son origine depuis les années 1981. L'assassinat du préfet Erignac n'est que l'aboutissement de cette manipulation. Y a-t-il un lien avec l'assassinat de Madame le député YANNE PIAT???

Madame Dominique ERIGNAC, épouse du  préfet assassiné le 6 février 1998, a été interrogé par MADAME LAURENCE LEVERT, de la 14ème section anti-terroriste de Paris.

Madame  Dominique Erignac déclare sur procès verbal  qu'elle ne comprend pas du tout pourquoi on n'a pas retrouvé le "journal du préfet assassiné, en entier mais seulement les premières pages (manque juillet 97 à janvier 1998, réflexion intelligente de l'ECHO DES MONTAGNES).
Pourquoi, alors que cette disparition du journal constitue l'essentiel du procès verbal d'audition de Madame ERIGNAC, n'y a t-il pas eu aucune investigation policière sur ce "journal"????????,
Le noeud de l'affaire ERIGNAC, un préfet de la République passe portant par cette disparition troublante de la "chronique corse" de CLAUDE ERIGNAC, consignée pourtant sur procès verbal par le juge LAURENCE LEVERT?????
Prend-elle ses ordres à la CHANCELLERIE?? Attention danger, car le rapport MARION , n'en fait pas mention  alors que ce dernier est aux ordres de la 14ème section et très très proche de LAURENCE. Le contrôleur général ROGER MARION chef de la D.N.A.T. est placé sous l'autorité des magistrats de la 14ème section!!!!

La disparition du journal du préfet permet d'affirmer que l'affaire d'ETAT est là, d'où l'élimination d'un homme qui en savait trop et qui allait le faire savoir.
Car le préfet ERIGNAC a découvert des "choses compromettantes" et "ON" a voulu l'assassiner pour qu'il ne la révèle jamais et détruire ainsi toute trace écrite. Et s'il existait une photocopie de ce journal :) ?
Après l'assassinat du préfet, son bureau  a été visité illégalement: en effet le "P.V." de cette visite ne mentionne pas l'existence du journal de CLAUDE ERIGNAC, car les affaires personnelles du préfet n'ont pas été consigné sur le P.V. !
Ce "P.V." est d'ailleurs nul juridiquement, car il a été établi, non pas à 6 heures du matin comme cela y figure, mais en réalité à partir de 5h15 du matin, car à ce moment là MADAME Dominique ERIGNAC était à la morgue... .

                        QUE DE FAUX dans cette enquête,
                          Arrêtons les Marion----nettes".
Je vous laisse écouter  cette belle chanson de mon ami "ficelle" dit Antoine CHIOSI:

 



Commenter cet article