LE FOOTBALL ET MICHELE-ALLIOT MARIE, ministre de l'Interieur et des Collectivités Territorialles et de l'Outre-Meret l'EURO.

Publié le par lavapeur

 L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous relate le match de foot qui s'est déroulé "Place BEAUVAU".
Sommet du football Place Beauvau
©FEP/Panoramic
Mme Michèle Alliot-Marie, le Ministre de l'Intérieur, a réuni ce mardi 2 juin les dirigeants du football français*. L'objectif était de faire le bilan de la saison en matière de sécurité dans les stades et d'envisager des mesures supplémentaires pour la prochaine saison.

Cette réunion a confirmé l'excellent climat de coopération entre le ministère de l'Intérieur et les autorités du football français. Les participants ont décidé d'élaborer ensemble d'ici deux mois un plan d'actions aussi bien sur le plan de la prévention et de l'éducation que de celui de la répression.

Sur ce point, Mme Alliot-Marie a exprimé sa volonté d'intensifier la politique de fermeté. "Il faut être encore plus dissuasifs contre les fauteurs de troubles". Soulignant une évolution de la nature des incidents, avec "la montée des actes et des injures racistes ou antisémites", la Ministre de l'Intérieur a annoncé qu'elle proposerait à l'automne prochain au Parlement l'allongement de la durée des interdictions de stade. "Il faut que les interdictions administratives de stade couvrent toute la saison sportive, c'est-à-dire six mois, et en cas de réitération, qu'elles puissent être portées à un an". Mme Michèle Alliot-Marie s'est également prononcée en faveur d'un durcissement des sanctions judiciaires. Elle a aussi indiqué qu'elle n'hésiterait pas à procéder à de nouvelles dissolutions de groupes de supporters si la situation l'imposait.

A l'issue de la réunion, Frédéric Thiriez a réaffirmé la volonté commune des pouvoirs publics et des autorités sportives de faire preuve de la plus grande fermeté :

"Nous sommes tous unis dans une même volonté qui est de protéger le football contre toutes les formes de violences physiques ou verbales qui sont la négation même du sport. Pour cela, la répression doit être renforcée et ciblée sur les fauteurs de troubles. Le meilleure solution, c'est l'interdiction de stade pour une durée suffisante avec obligation de pointer au commissariat le jour du match."

* étaient présents à cette réunion : Jean-Pierre Escalettes (président de la FFF), Frédéric Thiriez (président de la LFP), Jean-Pierre Hugues (Directeur Général de la LFP), Bernard Caïazzo (président de l'AS Saint-Etienne), Maurice Cohen (président de l'OGC Nice), Jean-Pierre Louvel (président du Havre AC), Gervais Martel (président du RC Lens), Frédéric de Saint-Sernin (président du Stade rennais), Jean-Louis Triaud (président des Girondins de Bordeaux), Philippe Boindrieux (Directeur Général Délégué du PSG), Marino Faccioli (Directeur Général adjoint de l'Olympique Lyonnais), Julien Fournier (Directeur Administratif et Financier de l'Olympique de Marseille), Patrick Fretel (Secrétaire Général du Stade Rennais), Jean-Luc Herzog (Directeur Général RC Strasbourg), Patrick Razurel (Directeur Général délégué du FC Metz), Jean-François Soucasse (Directeur Général du Toulouse Football Club).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article