ISLAM et CHRETIENNETE, les POUILLES et BRINDISI.

Publié le par lavapeur

L'ECHO DES MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer,prêche pour le rassemblement de toutes les religions.

 

 

 

VISITE PASTORALE DANS LES POUILLES : 14 - 15 JUIN

 


PONT ENTRE PEUPLES ET CULTURES

 

CITE DU VATICAN, 15 JUI 2008 . A 15 h 30' le Pape a quitté Rome à destination de la région italienne des Pouilles. Ayant atterri une heure plus tard sur la base militaire de Galatina, Benoît XVI a gagné par hélicoptère Santa Maria di Leuca pour parvenir en papamobile au sanctuaire marial de Finibus Terrae. Après la visite de l'église conservant une icône de la Vierge du Finistère, il a célébré une messe sur l'esplanade à 17 h 30'. "En ce lieu important pour l'histoire du culte de Marie -a-t-il dit à l'homélie- j'ai désiré que la liturgie s'adresse à la Vierge comme étoile de l'espérance... En suivant cette étoile on peut s'orienter et maintenir le cap sur le Christ, en particulier dans les moments difficiles et mouvementés".

 

  Rappelant ensuite que selon la tradition les lieux furent évangélisés par Pierre, le Pape a estimé que la foi de l'Apôtre et celle de Marie se rejoignent dans ce sanctuaire pour aider les fidèles "à repartir du Christ, à renouveler leur foi afin de répondre aux attentes de notre temps". Marie, a-t-il poursuivi, "nous montre comment vivre et croire avec l'Eglise, forts dans la foi catholique, en ayant le goût et la passion de l'unité, de la communion, du cheminement avec les pasteurs, de la mission et du partage de l'Evangile porté jusqu'aux extrémités de la terre".

 

  

 

  Le nom de ce sanctuaire est très beau et très évocateur, a-t-il ajouté car il rappelle que l'Eglise est universelle et sans frontières. Et puis "l'Eglise qui est dans les Pouilles possède une forte vocation de pont entre les peuples et les cultures". Ceci dit, a souligné Benoît XVI, "il ne sert à rien d'aller jusqu'aux confins de la terre s'il n'y a pas d'amour et d'entraide entre membres de la communauté chrétienne... Dans une société qui tend toujours plus à l'individualisme, le premier service de l'Eglise est l'éducation au sens social, à l'attention envers le prochain, à la solidarité et au partage". Ici comme dans tout le sud de l'Italie, "les communautés ecclésiales constituent pour les jeunes des espaces d'initiation à l'espérance, conçue non comme utopie mais comme confiance dans les forces du bien". Après la messe, le Saint-Père a repris l'hélicoptère pour atterrir une demie heure plus tard sur le port de Brindisi.

PV-ITALIE/MESSE/SANTA MARIA DI LEUCA                           VIS 080616 (390) 

 

APOTRES DES AUTRES JEUNES

 

CITE DU VATICAN, 14 JUI 2008 . Benoît XVI a atterri à 20 h à l'aéroport de Brindisi où il a été accueilli par les autorités religieuses et civiles de la région. Il s'est ensuite rendu en voiture jusqu'au centre ville où il a rencontré la population et spécialement les jeunes. Le Pape a rappelé que Brindisi qui avait été "un lieu d'embarcation vers l'orient" reste "une porte ouverte sur la mer" et dans ce port aujourd'hui débarquent de nombreux réfugiés de l'Europe de l'Est qui cherchent "refuge et assistance".

 

  "Cette solidarité -a-t-il souligné- fait partie des vertus qui composent votre riche patrimoine civil et religieux... Parmi les valeurs enracinées dans votre terre, je voudrais rappeler le respect de la vie et spécialement l'attachement pour la famille, aujourd'hui exposée à des attaques convergentes de nombreuses forces qui cherchent à l'affaiblir. Il est donc nécessaire et prioritaire, face à ces défis, que toutes les personnes de bonne volonté s'engagent à sauvegarder la famille, base solide sur laquelle il faut construire la vie de toute la société!". Ensuite, il a dit aux jeunes qu'il était conscient "du phénomène dramatique du chômage qui pèse sur beaucoup d'entre vous et sur votre avenir... De même, je sais que votre jeunesse est assiégée par l'appel au gain facile, par les tentations de se réfugier dans des paradis artificiels ou de se laisser attirer par des formes détournées de satisfaction matérielle".

 

  "Ne succombez pas aux pièges du mal! -s'est-il exclamé- Recherchez plutôt une existence riche de valeurs pour donner vie à une société plus juste et plus ouverte sur l'avenir... Il dépend de vous... de faire en sorte que le progrès devienne un bien pour tous. Et la voie du bien tient en un seul mot: l'amour... L'amour de Dieu a le visage doux et compatissant de Jésus-Christ. Nous voilà donc là au cœur du message chrétien: le Christ est la réponse à vos questions et problèmes... Suivez-le fidèlement et, pour pouvoir le rencontrer, aimez son Eglise, sentez-vous en responsables, ne cessez pas d'être, chacun dans votre milieu, des acteurs courageux... Vous êtes le visage jeune de l'Eglise: n'oubliez pas d'y apporter votre part pour que l'Evangile qu'elle proclame puisse être propagé partout. Soyez des apôtres de vos contemporains!". A l'issue de la rencontre avec les jeunes et les habitants de Brindisi, le Pape s'est rendu à l'évêché où il a passé la nuit.

PV-ITALIE/RENCONTRE JEUNES/BRINDISI                           VIS 080616 (410)

 

INSTAURER LE REGNE DE LA VIE

 

CITE DU VATICAN, 15 JUI 2008 (VIS). Ce matin à 9 h 15', Benoît XVI a rencontré à l'archevêché de Brindisi les bénédictines et les carmélites du diocèse. Puis il s'est rendu en voiture au port St-Apollinaire où il a présidé une messe en présence de quelque 70.000 personnes.

 

  "Les textes bibliques que nous avons entendus -a dit le Saint-Père au début de son homélie- nous aident à comprendre la réalité de l'Eglise... La première lecture qui raconte le pacte de Dieu avec Moïse et Israël au Sinaï...manifeste le destin divin...de sauver tous les hommes par la sanctification d'un peuple", alors que l'Evangile explique l'appel et la mission des douze apôtres qui après la pentecôte proclamèrent la bonne Nouvelle "en parlant dans toutes les langues". L'Eglise universelle se manifestera dans un seul corps dont Jésus-Christ ressuscité est la tête et, en même temps, sera envoyée par lui dans toutes les nations jusqu'aux extrémités de la terre".

 

  Les douze Apôtres doivent "coopérer avec Jésus pour instaurer le règne de Dieu, qui est sa souveraineté bienfaisante, porteuse de vie et en abondance pour toute l'humanité. En substance, l'Eglise, comme le Christ et avec lui, est appelée et envoyée pour instaurer le règne de la vie et pour repousser la domination de la mort pour que triomphe...Dieu qui est amour".

 

  "Voilà le projet de Dieu: répandre sur l'humanité et sur le cosmos tout entier son amour générateur de vie, un projet que le Seigneur veut toutefois accomplir dans le respect de notre liberté, parce qu'un amour de cette nature ne peut pas être imposé. L'Eglise est alors, en Christ, l'espace d'accueil et de médiation de l'amour de Dieu. Dans cette perspective, il apparaît clairement que la sainteté et le caractère missionnaire de l'Eglise constituent deux faces de la même médaille: c'est seulement en ce qu'elle est sainte, pleine de l'amour divin, que l'Eglise peut accomplir sa mission, et c'est précisément pour ce devoir que Dieu l'a choisie et sanctifiée comme sienne".

 

  Le Pape a ensuite rappelé, quant à ce binôme sainteté-mission, qu'il était "utile de réfléchir sur le fait que les douze apôtres n'étaient pas des hommes parfaits choisis pour leur caractère moral et religieux irréprochable. Ils étaient croyants... mais marqués par leurs limites humaines même graves... Comme nous. Comme tous les chrétiens... L'Eglise est la communauté de pécheurs qui croient en l'amour de Dieu et se laissent transformer par lui et ainsi deviennent des saints". Le style de la mission, c'est-à-dire "l'attitude intérieure qui se traduit en vie vécue, ne peut être que celui de Jésus: le style de la compassion" et "la compassion chrétienne n'a rien à voir avec le piétisme, avec la simple assistance. Elle est au contraire synonyme de solidarité et de partage et est animée par l'espérance". "Animés par l'espérance par laquelle vous avez été sauvés -a conclu Benoît XVI- vous êtes vous aussi des signes et des instruments de la compassion, de la miséricorde du Christ".

PV-ITALIE/HOMELIE/BRINDISI                                                   VIS 080616 (500)

 

COOPERER D'ORIENT EN OCCIDENT

 

CITE DU VATICAN, 15 JUI 2008 (VIS). Avant de réciter l'angélus sur le port de Brindisi, Benoît XVI a tenu "à relancer le message chrétien de la coopération et de la paix entre les peuples, en particulier entre ceux qui entourent cette mer, foyer ancien de la civilisation, ceux du proche et du moyen orient". Puis le Pape a repris ce qu'il disait il y a deux mois devant l'Assemblée des Nations-Unies: "L'action de la communauté internationale et de ses institutions, dans le respect des principes de base de l'ordre international, ne doit jamais être entendue comme une imposition et une limitation de la souveraineté. L'indifférence et l'absence d'intervention étant dommageables, une recherche approfondie de la prévention et du contrôle des conflits doit être recherchée, en explorant toutes les voies diplomatiques et en étant attentifs aux plus petits signes de dialogue comme de désir de réconciliation".

 

  Le Saint-Père a ensuite sollicité de la Vierge qu'elle protège la région des Pouilles et l'Italie, l'Europe et le monde des "tempêtes qui menacent la foi et les valeurs authentiques", qu'elle permette aux "nouvelles générations de s'engager dans la vie sans crainte, d'entreprendre le voyage de la vie remplis d'espérance chrétienne". Après la messe et l'angélus, Benoît XVI s'est rendu à l'évêché de Brindisi pour déjeuner avec les évêques de la région.

PV-ITALIE/ANGELUS/BRINDISI                                              VIS 080616 (230)

 

PRIERE, PREMIER SERVICE SACERDOTAL

 

CITE DU VATICAN, 15 JUI 2008 (VIS). A 16 h 45' en la cathédrale de Brindisi, le Pape a rencontré les prêtres, diacres et séminaristes de la région. Il s'est adressé aux prêtres en leur disant que pour que leur foi soit "forte et vigoureuse", il était nécessaire de "la nourrir par une prière assidue. Soyez des modèles de prière, devenez des maîtres de la prière... Nous devons toutefois nous en convaincre: le moment de la prière est le plus important dans la vie du prêtre, celui par lequel la grâce divine agit avec plus d'efficacité en rendant fécond votre ministère. Prier est le premier service à rendre à la communauté".

 

  Après avoir manifesté sa joie pour l'inauguration du nouveau séminaire archiépiscopal, qui portera son nom, Benoît XVI a souligné combien "la préparation attentive des séminaristes et la formation permanente des prêtres et des autres agents pastoraux constituent des préoccupations prioritaires pour l'évêque auquel Dieu a confié la mission de guider, en sage pasteur, le peuple de Dieu qui vit dans votre ville. Le synode diocésain -a-t-il ajouté- est une autre occasion de croissance spirituelle, le premier après le Concile Vatican II et l'unification des deux diocèses de Brindisi et de Ostuni. C'est une occasion de relancer l'engagement apostolique de tout le diocèse, mais c'est surtout un moment privilégié de communion qui aide à redécouvrir la valeur du service fraternel".

 

  Le Saint-Père a encore dit que ce synode avait la tâche "d'aider cette Eglise locale à redécouvrir le sens et la joie du service: un service par amour. Cela vaut surtout pour vous chers prêtres, configurés au Christ, chef et pasteur, toujours prêts à guider son troupeau. Soyez reconnaissants et heureux du don reçu! Soyez généreux dans l'accomplissement de votre ministère! Appuyez-le sur une prière assidue et une formation culturelle, théologique et spirituelle permanente!". En conclusion de son discours, il a invité tout le diocèse à se préparer pour l'année paulinienne qui commence le 28 juin prochain. "Ce pourra être l'occasion d'un nouvel élan missionnaire généreux, d'une annonce plus profonde de la Parole de Dieu, écoutée, méditée et traduite par un apostolat fécond, comme ce le fut justement pour l'apôtre des gentils".

 

  Après la rencontre, le Pape s'est rendu à l'aéroport de Brindisi-Casale et, après une heure de vol, a atterri à l'aéroport de Ciampino d'où il a regagné le Vatican en hélicoptère.

PV-ITALIE/RENCONTRE PRETRES/BRINDISI                       VIS 080616 (400)

 

COMITE DE LIAISON ISLAMO-CATHOLIQUE

 

CITE DU VATICAN, 14 JUI 2008 (VIS). Le Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux a diffusé un communiqué après la quatorzième réunion du Comité de liaison islamo-catholique, qui avait pour thème: "Chrétiens et musulmans, témoins du Dieu de justice, de paix et de compassion dans un monde violent" (Vatican, 11-13 juin). La délégation musulmane était dirigée par le Prof.Hamid bin Ahmad Al-Rifaïe, Président du Forum international islamique pour le dialogue (Arabie saoudite), et la délégation catholique par le Cardinal Jean-Louis Tauran. Le thème a été abordé au plan religieux, selon les deux traditions, et les débats ont conduit à un accord sur les points suivants:

 

1.Les droits et devoirs fondamentaux découlent de la dignité intrinsèque de tout être humain.

 

2.La justice, qui est une priorité du monde, exige l'application des lois mais avant tout le respect des besoins fondamentaux des personnes et des peuples dans l'amour, la fraternité et la solidarité. Il ne saurait y avoir de vraie paix sans justice.

 

3.La paix, qui est don de Dieu, exige l'engagement de tous les hommes, des croyants au premier chef, appelés à être des témoins attentifs de la paix dans un monde affligé par de multiples violences.

 

4.Les musulmans et les chrétiens, qui croient dans un Dieu de compassion, considèrent comme un devoir d'être compatissants envers tout être humain, les plus fragiles avant tout.

 

5.Si elles sont pratiquées de manière pure, les religions contribuent fortement à promouvoir la fraternité et l'harmonie dans la famille humaine.

 

  Ce communiqué signale enfin que les participants ont été reçus par le Pape, qui les a encouragés à poursuivre leurs efforts pour développer la justice et la paix.

Commenter cet article