GAZ,RUSSIE,EUROPE,FRANCE,VLADIMIR POUTINE

Publié le par lavapeur

L'ECHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, pense qu'il y a un relent de guerre froide qui s'installe entre les états européens avec la RUSSIE.
  Ce fait est aggravé par la disparition du pacte de Varsovie et par le renforcement de l'O.T.A.N.

L'O.T.A.N. est un instrument pour faire la guerre et non la paix, c'est pourquoi la France
y adhère à nouveau.

UE-Russie : ça sent de nouveau le gaz ...

"Moscou révisera ses relations avec l'Union européenne si ses intérêts dans le domaine énergétique ne sont pas pris en compte, a déclaré hier le Premier ministre Vladimir Poutine" [Les Echos].

Quelques mois après "la 'guerre du gaz' entre Moscou et Kiev, et la rupture de l'approvisionnement pendant deux semaines début 2009, [qui] a échaudé les capitales européennes" [Le Monde], les gazoducs sont à nouveau au coeur des tensions entre la Russie et l'UE.

En effet, "afin de sécuriser leurs importations, les Européens proposent de cofinancer la modernisation du réseau de transport de gaz" rapporte Le Monde. Dans cette perspective, "l'Ukraine, la Commission européenne, la Banque européenne d'investissement, la BERD et la Banque mondiale ont signé hier une 'déclaration commune' fixant les engagements que Kiev devra prendre pour obtenir des soutiens financiers occidentaux pour moderniser ses gazoducs" [Les Echos].

Or, la Russie reproche aujourd'hui à l'UE de l'avoir exclue de cet accord. "Malheureusement, nous nous sommes rendus compte que le document préparé ne faisait aucune référence à la Russie en tant que principale source d’approvisionnement ou partenaire stratégique de l’Ukraine, ou comme fournisseur de gaz de l’UE, a déclaré M. Shmatko" [Euractiv.com].

Pour le ministre russe de l’Energie, "le plan pourrait se retourner contre [les représentants de l'UE], avec de sérieuses conséquences pour les consommateurs européens" [Euractiv.com].

Selon le portail Euractiv.com, "lors de son discours, le président de la Commission, José Manuel Barroso, aurait agacé la Russie en qualifiant l’Ukraine d’étendard qui fait avancer l’initiative orientale".

Pourtant, cet accord, qui pourrait être signé le 7 mai, est d'importance pour l'Union européenne. En effet, comme le rappelle Le Monde, "pour l'Europe, l'enjeu est crucial. Les Vingt-Sept importent un quart de leur gaz de la Russie. Or, 80 % de ces livraisons transitent par l'Ukraine".

Mais du côté de Moscou, on ne prend pas l'affront à la légère. "L’agence russe ITAR TASS a cité Andrei Nesterenko, porte-parole du ministre russe des Affaires étrangères, qui aurait déclaré que toute action non coordonnée avec la Russie visant à moderniser le système de transport du gaz  pourrait conduire à l’interruption des approvisionnements gaziers vers l’Ukraine et l’Europe" [Euractiv.com].

De quoi jeter un froid sur les relations entre l'UE et la Russie, malgré le faux réchauffement climatique!


Commenter cet article