PROTOCOLES DE TORONTO,SIONISTES,BOMBES PHOSPHORE BLANC,PALESTINE,GAZA

Publié le par lavapeur

L'ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous livre cet article
qui prouve que les sionistes ne reculent devant aucun crime, passé, présent ou futur, en application des Protocoles de Toronto.

Les médecins israéliens refusent de dire comment soigner les victimes du phosphore blanc

Publié le 8-04-2009


Les médecins israéliens ont refusé de transmettre à leurs collègues palestiniens des informations sur la manière de soigner les blessures provoquées par le phosphore blanc. Qui viendra prétendre après cela qu’il ne faut pas mélanger "science" et "politique", et que le boycott des relations scientifiques avec Israël n’est pas justifié ?

Le Dr. Abou Shaban médecin-chef au service des brûlés de l’hôpital Al Shifa à Gaza, a rassemblé de nombreuses preuves de l’utilisation de munitions au phosphore blanc contre la population civile dans la bande de Gaza.

Racontant les difficultés rencontrées au cours de l’offensive, alors qu’ils ne savaient pas comment traiter les blessures provoquées par le phosphore, il a révélé avoir demandé de l’aide aux médecins israéliens de Médecins pour les droits de l’homme (Physicians for Human Rights), lesquels ont été incapables de l’aider. PeaceReporter a interrogé Miri Weingarten, la militante de Médecins pour les droits de l’homme, qui a traduit et diffusé un document confidentiel israélien.

"Le document, qui contient des instructions sur la façon de reconnaître et de guérir les blessures provoquées par le phosphore blanc a été réalisée par l’Étoile de David Rouge et des médecins militaires », a déclaré Miri.

"Dès que nous avons appris son existence, nous avons appelé l’unité de guerre du gouvernement et nous en avons demandé une copie. À quoi ça va vous servir ? nous ont répondu des fonctionnaires, en expliquant qu’il s’agissait d’un document à usage interne ... Cela nous a été demandé par certains patients israéliens, avons-nous répondu. Et comme ça, ils nous l’ont envoyé. Nous l’avons alors traduit et envoyé au ministère de la Santé de la bande de Gaza, et ensuite, par le biais d’une liste de diffusion, aux principales ONG actives dans la bande de Gaza ".

Est-ce qu’ils l’auraient envoyé quand même, en sachant que vous le traduiriez et transmettriez aux Palestiniens ?

Certainement pas.

Le Docteur Abou Shaban affirme qu’il n’a jamais vu ce dossier, qui aurait permis de sauver de nombreuses vies. Est-il vrai que vous n’avez pas été en mesure de l’aider ?

Oui, le docteur dit la vérité. Jusqu’à ce que nous ayons reçu le document de la Magen David Adom, nous ne savions pas comment l’aider. Nous avons essayé de demander de l’aide à un médecin de l’hôpital Shiba de Tel-Aviv, qui au cours de la guerre du Liban de 2006, avait soigné des soldats blessés par le phosphore. Mais, lorsque nous avons demandé s’il était disposé à parler avec un médecin palestinien, il a dit non. Le document, nous l’avons reçu le 15 Janvier, il a fallu trois jours pour le traduire et le diffuser, et il est probablement parvenu aux médecins dans la bande de Gaza après le 18, le jour où a été instaurée la trêve.

Mais le docteur Abou Shaban affirmait le 10 Février n’avoir jamais vu le document israélien...

Immédiatement après le cessez-le-feu nous avons envoyé dans la bande de Gaza une mission de médecins qui ont parlé des cas de blessures au phosphore avec divers médecins locaux, dont Abou Shaban. Mais il faut comprendre que, durant ces jours-là, ça a été un chaos total. Il est possible qu’il n’avait pas lu les e-mails ... En tout cas, les informations qu’il nous a fournies ont toujours été précises et fiables, et nous croyons avoir fait tout notre possible à son égard.

Le fait que l’Étoile de David rouge et les médecins iraéliens qui ont reçu ce document ne l’ont pas fourni aux collègues palestiniens n’est-il pas une violation des codes éthiques ?

Bien sûr que ça l’est. C’est une violation flagrante de la Convention de Genève, qui oblige toute organisation médicale à fournir toute l’aide possible aux blessés , de quelque bord qu’ils soient. Mis à part le phosphore, la non-assistance concerne aussi l’armée, qui, dans de très nombreux cas, au cours de cette offensive, a laissé saigner et mourir des blessés sans leur porter secours. Voyez-vous, le phosphore est tiré avec l’artillerie, donc les soldats ne voient pas où il tombe, alors que dans le cas de coups de canon et d’armes de poing, ils voient qui ils ont atteint. Je le répète, les soldats et les moyens de secours de l’armée israélienne sont restés impassibles face à des dizaines de cas de personnes ayant besoin de soins médicaux d’urgence. C’est cela le crime de guerre, et c’est encore plus grave que l’utilisation de phosphore dans les zones densément peuplées de civils. En ce qui concerne le phosphore, il y aussi une autre violation : le fait que l’armée, jusqu’à la fin de la guerre, a refusé d’admettre qu’elle l’avait utilisé.

Les obus de 155mm sont clairement marqués du numéro M825A1, une munition US au phosphore blanc

Le document affirme que le Hamas serait en train de tirer des munitions au phosphore vers Israël, sans expliquer d’où elles viennent. Mais il est évident que le phosphore à présent en possession du Hamas est celui-là même qu’Israël a tiré contre la bande de Gaza ...

Oui, aussi paradoxale que l’accusation par laquelle commence le document puisse paraître, ce n’est pas exactement un aveu. Mais les mêmes forces armées elles-mêmes ont reconnu explicitement avoir utilisé ces munitions, mais seulement après le cessez-le-feu, mais sans admettre qu’elles les avaient utilisées dans les zones densément peuplées. C’est un fait qui doit être souligné, car le refus de reconnaître cela a compliqué au début la vie des médecins à Gaza. Ils savaient qu’ils étaient en présence de brûlures inhabituelles, mais ils ne pouvaient pas être sûrs que c’était du phosphore et non d’autres substances mystérieuses. En outre, une circonstance atténuante pour le médecin israélien qui a refusé de parler avec les collègues palestiniens, est qu’il n’était pas disposé à donner des conseils parce qu’il n’était pas en mesure de vérifier personnellement que le type d’arme utilisée était vraiment du phosphore blanc, plutôt qu’une quelconque autre fantomatique arme expérimentale."

par Naoki TOMASINI

(traduit par Fausto Giudice, membre de Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique.)

Source : Mancato soccorso. Article original publié le 3/3/2009 sur http://www.tlaxcala.es/pp.asp ?reference=7315&lg=fr

CAPJPO-EuroPalestine


Commenter cet article