Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AMIANTE, ETERNIT, TURIN, SAVOIE, MICHEL LANGINIEUX, CENSIER, SORBONNE, ETUDIANT

Publié le par lavapeur

L’ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, vous donne la suite du procès Eternit, déjà rel&té dans nos colonnes, qui combattent l'amiante.

Combat mené en FRANCE par MICHEL LANGINIEUX.

Une peine de 20 de prison requise dans le cadre du procès Eternit

                                               Photo de l´article

Le parquet de Turin a requis lundi une peine de vingt ans de prison contre les ex-propriétaires du groupe d'amiante italien Eternit S.p.A Gênes. Le milliardaire suisse Stephan Schmidheiny et le baron belge Louis de Cartier sont accusés d'être responsables du décès de près de 3000 personnes en Italie.

"Je n'avais jamais vu une telle tragédie (...) Elle a touché différentes régions de notre pays, des salariés et des habitants. Elle continue à semer la mort et continuera à le faire qui sait pour combien de temps", a souligné le procureur Raffaele Guariniello durant son réquisitoire.

Producteur de plaques pour la construction contenant de l'amiante, le groupe est considéré comme responsable de la mort d'environ 3000 personnes en Italie, anciens ouvriers ou simples habitants de Casale Monferrato et Cavagnolo (nord), Rubiera (centre) ou Bagnoli (sud), villes où Eternit Italie avait ses usines. De 1973 à 1986, date de sa faillite, Eternit S.p.A. Gênes aurait négligé les mesures de sécurité sur les lieux de travail.

Enquête de plus de cinq ans

L'enquête a duré plus de cinq ans. Pour le parquet, MM. Schmidheiny et de Cartier étaient les responsables effectifs de la gestion de la société transalpine. Les deux hommes sont jugés depuis décembre 2009 pour avoir provoqué une catastrophe environnementale et enfreint les règles de la sécurité au travail.

Le parquet a réclamé la peine la plus lourde possible pour ces délits, soit douze ans, à laquelle il a ajouté huit ans supplémentaires car les conséquences de ces délits se font encore sentir dans le sens où les personnes exposées à l'amiante peuvent tomber malades plusieurs décennies après.

Satisfaction des victimes

Les représentants de victimes de l'amiante ont salué ce réquisitoire. "Nous sommes satisfaits. C'est grâce à trente ans de lutte pour la justice, la santé, menée sans jamais baisser les bras", a déclaré à l'AFP Bruno Pesce, coordinateur de l'association des familles des victimes de Casale Monferrato et Cavagnolo.

Commenter cet article