CRASH, TUPOLEV, POLOGNE, RUSSIE, MISSILE, IRAN, O.T.A.N., O.N.U.,

Publié le par lavapeur




L'ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, ce qui est un droit , clic sur le lien suivant pour te rappeler ce droit:

PRESSE, LIBERTE D'EXPRESSION, AMIANTE, FREDERIC BERGER, MICHEL LANGINIEUX, RENE HOFFER, GENDARMERIE, JUSTICE, FRANC-MACON, SAVOIE, CORSE, TRAITE ANNEXION, GUY BEART, LA VERITE



Donc votre journal revient sur le "crash forcé" de l'avion du président polonais et de ses compagnons.

Voici le rideau de fumée, donné par la propagande russe, digne du rideau de fer:

"L'un des contrôleurs de l'aérodrome militaire près de Smolensk (ouest de la Russie), où l'avion du président Lech Kaczynski devait atterrir, a ainsi raconté au quotidien populaire russe Komsomolskaïa Pravda les circonstances ayant précédé l'accident.

"Avant l'arrivée de l'avion polonais, deux avions devaient atterrir. Le premier, un Yak-40, a pu atterrir avec succès. Le second était un Il-76. Mais la visibilité sur la piste d'atterrissage n'était pas satisfaisante, et l'équipage a décidé d'atterrir ailleurs. Il a atterri avec succès à Vnoukovo, à Moscou", a raconté Anatoli Mouraviev.

L'avion polonais "est arrivé plus tard et la météo a commencé à se dégrader", a-t-il poursuivi, "Nous doutions qu'il puisse atterrir normalement. Le chef des contrôleurs aériens a dit trois fois à l'équipage d'atterrir ailleurs, mais l'équipage n'a pas écouté", a ajouté le responsable.

M. Mouraviev a expliqué que face à ce refus, l'équipe au sol n'avait d'autre choix que de "guider" l'appareil qui a commencé les manoeuvres d'atterrissage "sans autorisation".

"Et puis, nous n'avons pas reçu les données sur les mouvements (de l'avion) et l'altitude. Le pilote aurait dû nous les donner", a-t-il encore relevé.

Le chef de la tour de contrôle, Pavel Pliousnine, dans un entretien au site internet Life News, a confirmé que l'avion du président n'avait pas transmis "les données sur l'altitude". Interrogé sur les raisons de ce manque de communication, M. Pliousnine a répondu: "Comment pourrais-je le savoir? Peut-être parce qu'il ne parlait pas bien le russe. Ils parlaient russes, mais les chiffres, c'était quelque chose de difficile pour eux".

Le pilote "m'a dit : 'J'ai assez de carburant, je vais faire une approche, et si je ne peux pas atterrir, j'irai vers un autre aéroport' ", a encore raconté le contrôleur aérien en chef.

L'avion du président Kaczynski, s'est écrasé samedi matin dans une forêt près de l'aéroport militaire non loin de Smolensk, à 420 km à l'ouest de Moscou, après plusieurs tentatives d'atterrissage dans un épais brouillard. Les 96 personnes qui se trouvaient à bord ont péri."

Voici pour l'intox, version officielle que les journaleux et les baveux vont accepter, pour obéir à leurs maîtres.

Voici la version de l 'ÉCHO DES MONTAGNES, journal indépendant des Protocoles de TORONTO, de notre envoyé spécial en RUSSIE:

   

"Voila, le corps de notre président, Lech Kaczyński, est arrive en Pologne à 15 h par avion militaire. Sur Internet on dit que son corps sera expose publiquement... mais cela m'étonne car après un tel accident, le corps ne doit pas être intacte et donc ce serait moche de le voir.

Les médias polonais disent que quand ils sont arrivés, un quart d'heure avant l'avion du Président, il n'y avait pas de brouillard, rien.
Et 15 minutes après, ils ont entendu des explosions puis quelques secondes après ces bruits, un avion militaire est sortit du brouillard et a atterrit sur la piste, sans problèmes... Le brouillard c'était de la fumée ! Ou alors, l'avion militaire était envoyé exprès pour "déstabiliser" l'avion polonais et c'est peut-être pour cela qu'il a baissé d'altitude et a un petit peu tourné à gauche pour éviter l'avion. Mais dans les deux cas, il se serait écrasé...".
En même temps, les russes font tout pour éviter que cette version ne prenne corps, et l'imbroglio qui s'en suivrait avec les polonais arrangerait bien les ricains... alors...

Les USA se préparent à faire eux-mêmes des représailles contre l'Iran, pour éviter de mettre Israël en première ligne.


Des armements importants sont stockés sur l'île de Diego Garcia, située à un endroit qui permet de ne survoler aucun pays, en vue de cette attaque.

Différentes autres bases sont utilisées par les USA, ce qui irrite la Russie, d'autant qu'en même temps, des missiles doivent êtres installés en Pologne, où le gouvernement est pro OTAN, et pourtant, reste un élève rebelle quand il s'agit d'obéir aux ordres de l'OMS..

 

alors un crash d'avion règle le problème!


Commenter cet article