FOOTBALL, COUPE DU MONDE, BILDERBERG, AMIANTE, MICHEL LANGINIEUX, EVA JOLY, FREDERIC BERGER, CHEMTRAILS, CORRUPTION, BILDERBERG, PROTOCOLES DE SION, PROTOCOLES DE TORONTO, SIONISTE, FRANC-MACON

Publié le par lavapeur



L'ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, ce qui est un droit constitutionnel et international, continue sa lutte contre les RESPONSABLES sionistes maçonniques sataniques pervers, tels les députés, sénateurs, ministres, juges, présidents de la république française, responsables d'assassinat de milliers de personnes par l'amiante, par la colonisation, par les BILDERBERG qui appliquent les Protocoles de TORONTO et de SION!

L'AMIANTE TUE!

.Votre rédacteur en chef aura du travail pour vider la poubelle du scandale de l'amiante, révélée et combattue par MICHEL LANGINIEUX.


Pour mémoire clic sur les articles déjà réalisé sur l'amiante:

 

AMIANTE, MICHEL LANGINIEUX, , SENATEUR, DEPUTE, JUGE, CORRUPTION, GENOCIDE, MICHEL LANGINIEUX, FREDERIC BERGER

ET

AMIANTE, ASSURANCES, JUSTICE, BANQUE, MICHEL LANGINIEUX, , LA SORBONNE, CANCER, GENDARMERIE, TURIN

  et

AMIANTE, SORBONNE, NICOLAS SARKOSY, PEINE DE MORT, SIONISTE

et


AMIANTE, CENSIER, PEINE DE MORT, FRANCS-MACONS, POLITIQUE DE VIE, GOUVERNEMENT, FACULTE EN FRANCE



Clic sur le lien ci-dessous pour se rappeler la liberté d'expression:

LIBERTE d'EXPRESSION, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER, CENSURE, SAVOIE, CORSE, TRAITE ANNEXION, GENDARMERIE, JUSTICE, COLUCHE, RESTO DU COEUR,

Examinons ce dossier d'EVA JOLY, euro député courageuse, envoyé par MICHEL LANGINIEUX;

Envers du décor à examiner
:
 
Le pacte corrupteur entre les multinationales occidentales et les despotes du tiers-monde. L'argent qui en découle, 
très abrité dans nos banques : "L'élite française n'est qu'un club qui ne fait plus évoluer le monde".
  
[L'élite française, je le pense, n'est plus qu'un musée. Sa Cour de cassation, certaines des pièces de ce musée. D'où les résultats,
la dégradation, les morts d'hommes par populations entières.]
 
Nous ne sommes pas seuls, ici, dans la fosse. Tony Blair élude les énormes pots-de-vin de la British Aeropace (BAE).
65 milliards d'euros, carrément. Copinage oblige. Pendant que menaces et intimidations fleurissent au coeur
des Etats, les trafics d'argent s'écoulent. L'on maintient des régions entières encastrées dans la misère.
 
S'attaquer au pouvoir est toujours périlleux : comment affronter l'intimidation ? La dictature laisse ses empreintes.
Elle n'est pas prête de lâcher. Le cheptel suit, il en veut. La loi de l'inertie s'impose.
La pieuvre étend ses tentacules, spoliation de l'Afrique, tolérance dont bénéficie la criminalité économique.
 
En France, Christian Poncelet - ex-Président du Sénat - fondateur d'une banque en Floride, en correspondance
avec les îles Caïman, paradis fiscal notoire, se révèle. Et alors ? ... CHUT : pas de suite, pas d'enquête, pas de vérité,
pas de polémique. Malgré tout, cela se sait. Cela se sait et se tait.
Une impunité totale pour ce personnage, ses méfaits sous le tapis.
 
Nous avons encore et toujours, les discours, comme en Savoie, ça se voit.
Mais les actes ? Le mot semble interdit. On tourne autour du pot pour ne pas y tomber.
 
L'article 16 de la Convention stipule que tous les Etats membres doivent incriminer la corruption active
et passive par leurs fonctionnaires. Cependant, certains acteurs publics et privés achètent des faveurs,
ou le silence de fonctionnaires de l'OTAN, de l'ONU, du FMI, de la Banque Mondiale.
Carrément. 
Une macédoine. Une salade russe. Un magma, touillé, cajolé.
En toute impunité pour ces fonctionnaires (page 85 du livre).
La distinction n'existe pas entre criminalisation et immunité !
 
L'arrogance des invulnérables repose sur leur foi absolue en l'opacité du système. Qu'ils mordent dans leur viande.
Avariée. Cela entretient le plaisir. "Le vice à la mode passe pour vertu", satanée hypocrisie.
 
Roland Dumas devient "blâmable mais pas pénalement responsable" ... On croit rêver. On rêve.
L'appât du gain étend ses tentacules, avec ses morgues, mensonges, titres, lignées, médailles.
 
La mafia chic bon genre du faire-semblant, noeud coulant.
 
L'Afrique ? Pour un euro donné, les grandes entreprises, les banques, les intermédiaires, les experts,
les fonctionnaires internationaux, le reprennent. Pour un euro donné, les pays étrangers en reçoivent deux (page 126 du livre).
La corruption s'assied sur des régimes vassalisés (ou nos pouvoirs publics asservis).
 
Pour les sites de forages  ? Toutes fuites et combines possibles. L'Afrique n'est plus que litanies, ressentiments,
et plaintes vis-à-vis de la France (l'histoire coloniale dénoncée par l'Echo des Montagnes).
L'information véridique escamottée (on pense à l'annexion de la Savoie en 1860) ...
 
Aussi, le "déchiffrage d'un vaste réseau de corruption intitutionnalisé, dont les fils étaient reliés
en direct à l'Elysée" (page 138 du livre). Y a bon, la banane en République.
Les tyrans ? Des amis que la France a placés au pouvoir, dont elle protège la fortune et l'influence
par de vastes réseaux.
Le Gabon ? Chasse gardée de la France, fief de Total-Elf. Un des premiers bénéficaires de l'aide publique française
au développement, avec des résultats affligeants en terme de santé et d'éducation : l'argent se perd en route.
Quatre milliards de dollars pour le Gabon : l'enrichissement du clan. Et Omar Bongo appréciait de son ami ...
Nicolas Sarkozy  qu'il "vienne prendre conseil".
Il s'agit, bien entendu, d'une organisation cohérente et raisonnée. Tout y est prévu.
 
La BNP Paribas élabora tout un montage financier à des taux affolants (page 148 du livre) : miroir parfait de nos élites.
 
Notre France demeure un empire, un vampire qui ne se remet pas de sa puissance perdue : népotisme, guerres,
violences, présence de l'armée, camps militaires, captation des resources naturelles, opérations militaires,
Tchad, Côte d'ivoire, Rwanda, Biafra-Nigeria, Cameroun, Congo-Brazzaville, Madagascar (page 148 du livre).
 
Nous récoltons la facture du passé. Et cette France pétrifiée continue à vivre en Afrique comme si elle était chez elle.
Notre propriété se nourrit de richesses que nous détournons, sous l'égide de l'excellence.
 
Là-dessus, les paradis artificiels : ce butin de razzias financières de la corruption et de la tyrannie qui échappe
au regard des juges, du fisc, de l'opinion. Des forteresses artificielles. Mais qui peuvent être défaites.
Ces paradis n'existent qu'avec l'accord des grands financiers internationaux (page 163 du livre).
 
Qui va restituer les fonds des Mobutu, Ratsiraka, Obiang, Bongo, Dos Santos, N'Guesso ? Que l'argent parle,
qu'il dise tout de la corruption et retourne d'où il vient. La démocratie a baissé les bras. Le combat frontal
n'a pas été mené, certainement pas par la France et ses gouvernements. Les nouveaux venus dans le jeu économique,
les flux gigantesques de chine, d'Inde, du Moyen-Orient, de la Corée, du Brésil ont tous un point commun  : 
la tolérance à la corruption. L'appétence pour elle.
"La Chine, nouvelle et écrasante puissance financière, pratique un capitalisme de masse sans avoir renoncé au vérouillage communistes et aux usages mandarins". Un plat concocté.

Commenter cet article