MICHEL LANGINIEUX, MEDIATOR, SERVIER, IRENE FRACHON, AMIANTE, CENSIER, MAM, HAÏTI, TUNISIE, XPF, WIKILEAKS, FREDERIC BERGER

Publié le par lavapeur

 

   L'ECHO des MONTAGNES vous demande avec insistance de cliquez sur le lien ci-dessous, pour pouvoir lire intelligemment ce qui suit et ne pas être emmerder par les jérusalistes:

 

LIBERTE DE LA PRESSE, LIBERTE D'EXPRESSION, LIBERT...

                                                SPOLIATIS ARMA SUPERSUS

 

Cliquez sur l’horloge :

 

                                         Calendrier et horloge de l'EdM


 


 

MICHEL LANGINIEUX nous a fait parvenir un message très fort, et nous nous faisons un plaisir de  vous  le communiquer:

 

                                                  Lanceur  d'alerte

Sujet qui prend conscience. L’objet dont il prend conscience : lien immédiat. Action.

L’entité qui voit, et ce qu’elle voit. Dangers extérieurs et risques internes.

Pour exemple : Jacques SERVIER ne retire pas le Mediator. Son laboratoire y sera forcé par la loi. Par les morts. Par le scandale. Par meurtre médical avec intention de poursuivre. Par refus de transparence, d’agir, d’arrêter. Avant tout, l’argent prime. Machine à sous tenue par lucre. Nocivité. Appétit rapace. Réalité inquiétante.

L’arbre cache la forêt. Société loup pour l’homme. Mentir pour tuer. Guérir pour tuer. Tuer pour tuer, par avidité. Ne rien avouer. Jamais.

Le voir, d’un coup.

Le dire.

Rien ne retiendra le lanceur d’alerte : il réalise. Dès lors, agit. Urgence, pour Irène
FRACHON cette fois-ci : « La démonstration d’une imposture scientifique implacable».

Jacques SERVIER, l’apothicaire empoisonneur, permet à Irène, la libre citoyenne
FRACHON, d’exister. Si lui, le médical aux 145 millions de boîtes d’amphétamines, obtient la Légion d’honneur, elle, de son côté, sert la santé publique. La prise de conscience ne prendra jamais la vie. Elle la rend : elle lui rend grâce.

Selon ses habitudes, le Président claironne « la transparence la plus totale » dans l’incapacité de l’obtenir, sauf un ronron national. Car personne ne sait ce qu’est la transparence ici :
L’espace ? Le vide ? L’absence de maculé, de matière, de molécules, de particules, de quarks ? Le Rien du Tout ? Le Président, lui-même, incarne l’opacité et ses contradictions.
Qu’il conte ce qu’il désire. Il ne demandera rien à Irène FRACHON qui elle, par contre, en lanceur d’alerte, lui apporte tout : sens, civisme, moralité ; et impose la réalité.

Lui, le Président, passe après.

Plus tôt, le 7 juillet 2009, Nicolas Premier parlait ainsi à son ami Jacques « l’engagé, l’incorrigible SERVIER » : « Vous êtes un patriote. Grâce à vous, notre pays peut saluer une industrie de classe mondiale. C’est un privilège réservé. Vous êtes un homme courageux. Un visionnaire. Une publicité vivante pour les médicaments SERVIER. » Tout est dit, pile. Pales mensonges et morts. Bien rémunérée, la nomenclatura d’une dictature chez Marianne la pute.

Qui donc prescrit ici ? Qui connait les effets du sang contaminé, de l’hormone de croissance, des vaccins de l’hépatite B, des amalgames dentaires mercuriels, du nuage de Tchernobyl ; et laisse courir ? Qui veut ne pas entendre, voir, dire, alerter ? Plus fort : surmultiplier les désinformations. Qui a le pouvoir de ne pas exister ni de s’imposer civiquement, sauf par barbouzes interposés d’une mainmise éhontée, criminelle ?

Qui dira « MERDE » à la merde hypocondriaque, enfin ?

Le voir, d’un coup.

Qui laisse crever un demi-million de personnes d’amiante en France - avant, pendant, après - imposant son « c’est rien », sans bouger un siècle durant, pour encore 40 ans, jamais assez ?

L’essentiel, la vie humaine, passe à l’as. Pis : la moulinette : droits, obligations de se former, d’informer. Incurie incrustée. Xavier BERTRAND, ministre de la santé, trahit Censier la Sorbonne de 2005 à 2007. Il refuse de répondre à la question de Jean-Louis DEBRÉ sur le sujet. Maintenant, « il veut être entendu le plus vite possible. Et aller jusqu’au bout des choses ». L’express, pour mille personnes parachevées, mais rien pour des centaines de milliers amiantés Français, ni pour la Sorbonne Nouvelle en danger ! Poudre aux yeux que ce franc-maçon peu aidé : « Maçon certes, mais franc ? » (FILLON dixit). On attend depuis 5 ans.

La présidente, hors-la-loi, LEMARDELEY de Censier, refuse l’obtention du DTA (Dossier Technique Amiante). Qu’a-t-elle donc à cacher ? Des malades, des mensonges des morts ?
Elle évite d’appliquer la réglementation. La voilà tenue, obéissante aux forces de l’argent.Triste servante d’un État putride qui préfèrera trucider qu’avoir tord. Il n’y a pas de génies de la comprenette à Censier.

La vie humaine, la base, le sine qua non de l’existence personnelle, se voit traitée comme entité négligeable par l’Éducation Nationale.

Le lanceur d’alerte tranche avec cette aveugle beuglante fonctionnaire de mentalité papier- mâché. Sourde. Muette. Là où le mot tient lieu de fait !

Le lanceur d’alerte reste personne morale, normale. Pas du carton-pâte administré.

Le voir. De fait.

Qui avouera la faute « de n’avoir pas été au courant » ? Roselyne BACHELOT, ministre si rarement au courant ? Michèle ALLIOT MARIE ? Elles échafaudent leur petit tas de bois. Mort. Le bois des langues fourchues, les langues de bois. « MAM », suivant 20 ans de complaisance envers la dictature Tunisienne, ose sortir : « La France est tenue à une certaine réserve ». D’où sort-elle cela ? Du bois dont on fait les flûtes ? La Tunisie en crache un venin mal ressenti. Autant cracher sur une jambe de bois. « Dites à « MAM » qu’on n’a pas besoin de flics français » lance un syndicaliste de l’Union générale tunisienne du travail.

Un seul cadre subsiste, évident, personnel : l’intérieur et l’extérieur, rien d’autre. Le voir.

Le spectacle en soi, chez et avec. Dedans. Dehors.

Les scénarios du nostalgique, en éventail, s’occuperont à la queue-leu-leu : Mitterrand, De Gaulle, Napoléon. Les flonflons. On dénonce pour mieux distraire, les « plans pervers d’épuration religieuse », mais point l’épuration en masse des Roms … Le monde musulman « malade d’intolérance », mais point les bourgeois qui, à coups de liasses, laissent des SDF crever par milliers. La « barbarie au Sahel » sur deux jeunes tués. Mais point les dégâts collatéraux du vaccin de l’hépatite B, qui affecta, sur un million de personnes, les cellules souches de leurs résultats déplorables.

Dès lors :

1/ « Indignations et interrogations » : le scénario intérieur. Fortes réactions. L’outrage.

2/ « Ni responsable ni coupable » : le scénario extérieur. L’immobilisme faux derche.

En vrac : l’on tue à bon compte, jamais autant ni aussi facilement. En Afghanistan, 53 soldats français. Combien d’Afghans, personne ne sait. SADR appelle ses partisans à « résister par tous les moyens » en Irak, chez eux. L’armée chinoise : 75 milliards de dollars. Les USA : dix fois plus. 60 544 personnes incarcérées en France. Adjudication de la dette portugaise. Chengdu : chasseur furtif et pigeon vole. Vie à crédit en Cisjordanie, mort à crédit en Palestine. Aux Indes : 17 368 paysans suicidés. Au Brésil : les survivants manquent de tout.
Le coût d’Alzheimer. Tapis rouge à Paris pour la banque chinoise ICBC, la plus grande au monde : invités, Christine LAGARDE, Total, Air liquide, BNP Paribas, Sodexo « La France est attractive pour les entreprises chinoises, pas seulement parce que nous sommes romantiques » (sic). Madame le ministre se rendra mieux compte dans quelques années.

Pékin, entre surchauffe et inflation.

Scission de parquetiers et juges du siège. Amertume de l’institution judiciaire. De ceux, surtout, qui ont eu affaire à elle. Beaucoup de brumes ce matin. Le gouvernement planche sur un nouvel impôt. GBAGBO contre ONU. PASQUA s’en prend à CHIRAC. 4 février 2011 : l’année du lapin. À quand 1000 dinars en liquide pour chaque citoyen ? Nos chroniqueurs régalés par Superman d’État, cible facile ou clown. L’inimitable Stéphane GUILLON : « Tant qu’il est là (l’inspirateur Super-né), on est très, très inspiré. S’il part, cela va être un problème ». La France condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme pour « des
traitements inhumains ou dégradants » en prison.

BAKCHICH, le site sulfureux, menacé : on en veut à sa vie. Les polémiques entretiennent l’esprit. Tenir sans sous, est-ce possible ? Une liste d’évadés fiscaux pour WIKILEAKS (2000 comptes dans les îles Caïman). Toujours ça. Pris ! BERLUSCONI, empêtré de putes mineures. Pris ! Des vœux, des vœux. Le président traie la vache, tire sur ses pis. Les pires inondations, meurtrières. Niña, voilà. Crues. Glissements de terrain. Pluies saisonnières.
Mousson mortelle. La délinquance. L’indépendance.

ASSANGE plane : il les tient. Ils le savent. La révolte s’entend. Tunisie chérie : les ratés de la politique française. La Niña s’étend. Va, va. Libérez les otages ! La zone euro. Zone zéro.
Trafics d’enfants : industries d’enfants. L’État et ses écoutes, saccageurs de sain, de sacré, si peu au courant des poisons et assassinats, happé par des sous ! Recherche du pétrole en Arctique. Le gaz de Schiste, sous l’eau minérale et explosive du robinet, prend feu. Creusez !
Creusez ! Des sous.

Chancelière en posture, bonne ou mauvaise. Les pouvoirs d’achats. G 8, G 20 … G 228 ?
Foison. La Chine s’impose, sans parlotes. Rien à prouver, quand elle veut. Goldman Sachs : son souhait pieu, vœu de transparence. L’université prône l’excellence (voir Stanford et Yale, plutôt que radoter !). Les ruines d’Haïti. Passez, passez, braves gens. « Baby doc » de retour,
inculpé. Jamais assez. Le Maghreb à feu et à sang.

Bien le voir.

Les sous et la science « à la SERVIER » serviteur servile. Il reçoit de l’État - horreur - la plus haute distinction de la Légion d’honneur. Grand-Croix. Pourquoi parler transparence quand tout devient si clair : petits soins aux clients, roulés dans la farine. Pour Ségolène ROYAL : « L’affaire criminelle du siècle. On voit bien à quoi conduit la cupidité, la voracitéde l’argent, la collusion des pouvoirs ».

Elle oublie qu’elle a laissé crever Censier la Sorbonne d’amiante en 1997, preuves en main. Elle oublie qu’une plainte fut déposée contre elle à la Cour de Justice de la République sur « l’affaire criminelle du siècle ». Même amiante. Et contre 13 autres ministres, dont AUBRY, VOYNET, BUFFET, ALLÈGRE, LANG … Arrogance royale, trois plumes dans le cul. La commission des requêtes les couvre. Pays d’opérette. Opéra de quat’ sous.
État avancé, pure pourristrature. Les noms des juges ? Sur Internet. Ils font partie des 89 magistrats … d’une nomenclatura franchouillarde en non-application de droit, en soutane.

WIKILEAKS dévoile la crise bancaire. Les façons dont elle est gérée : face visible, face cachée. Pratique du lobbying. Ceux qui veillent à leurs intérêts. Ceux qui dénoncent la perversion, tenus à distance. Entre deux décisions, le pouvoir prend le pire, par choix. Floqué. Pamphlets sur la fonction publique : elle ne les supporte pas. Elle ne se supporte pas. Ni l’objectif intelligent de la pertinence. Pas d’humour dans la fonction ! Seule, la trahison.

En contact, concerné, l’esprit dégagé. Voir, libre de tout savoir, de la pensée discursive, de l’explicatif redondant des universités tarées. Voir l’autre ouverture. Vue sur un feu qui s’allume et perdure, même sous les hurlements « DANGER ». Tchernobyl s’incruste. Son nuage ne passera jamais ici, c’est protégé. Ici. Il n’y a « pas d’amiante à Censier » (bêlaient les

ACMO Bernard DHOOGE et Françoise CHIEZAL pendant des années). Académie modèle, mortelle, édifiante. Seulement des niais ici. Si jolis. Diplômés.

La liberté du regard caractérise qui tire sur les manettes. Ni fonctionnaire asservi. Ni expérience antérieure. Ni jamais pris. Ni autorité, secte, tribal, groupe politique ou maçonnique. Ni. Ni.

Haïti et les Haïtiens non perçus. Rien de rien. Secret rarement exprimé. Effacer. Absoudre. S’absoudre. Passe-passe. Mort à crédit. Où passe l’argent enlevé ? N’attendez rien. Personne. Sauf pour manipuler. Manigancer. Croquer. Grandes manœuvres.

Implications non révélées. Sociétés écrans. Comptes ouverts, couverts à l’étranger. Le troc fait partie du prêt, de l’acquis. De l’entourloupette. Du savoir jongler. Acheter des gens. Des enfants. Des présidents. Attention : des sous dessous. Sens dessus dessous. Risques de contagion … Tunisienne.

Depuis 10 ans, Eva JOLY alerte. Elle indique, sans perdre de temps. Elle ne traficote pas. Elle perçoit et le dit. Ses « héros ordinaires » sont des lanceurs d’alerte.

Entrevoir sans division, sans mainmise. Affranchis du gâchis de nos archives. Liberté d’agir hors des doubles compromis, ronds-de-jambes, plans sur la comète, décelés dans la presse générale. Sans besoin d’imprimer, de s’imprimer pour pouvoir exister, de traduire suivant ses tendances personnelles. Hors temps.

Pouce !

Ébranler la base de l’hypocrisie transbahutée. À bras le corps. « Le marché a pris la forme et la force aveugle du destin auquel on ne peut qu’obéir ». Tragédie grecque. Iphigénie. Le destin. Qui va se sacrifier ? L’étudiant nègre ? L’étudiant intègre ?

Qui dira la vérité ici ? Qui peut l’entendre ?

L’argent est Dieu. Déclin. Dislocation. Décomposition. La Chine progresse, en plus ancienne nation, la plus peuplée. En marche. Les marchés décident. Capitalisme financier. Problèmes non abordés. Rouleau compresseur. L’Occident quenouille.

Internet court-circuite. Hermès communique. Incluant spéculations, mais aussi, la réalité. WIKILEAKS ouvre les soutes, allume ses spots.

Les États, incapables de contrôler le spéculos, jugulent les forces démocratiques, les lanceurs d’alertes !!! On en pisse de rire. Mieux : ils donnent des leçons.

Forces régressives. Plus fortes que tout sens.

Vision plus rapide, immédiate.

L’Armée du salut, et ses « SOS ». Ceux de l’Abbé Pierre, 50 ans durant. Personne ne les voit ni ne les entend. Les sans-abris niés. « Parle toujours ». L’État s’en fout. Lui, ses flonflons.

« Des ministres au travail ». Pourquoi perpétuer le plus, l’encore, la frime ? Mentir, casser, salir, prétendre. Périr. La Belgique, sans gouvernement depuis 200 jours, marche aussi bien.

Liberté de chercher, d’explorer, de patiner, ne rien accepter comme des veaux serviles. Les cheptels de Censier ! Liberté de questionner, de bondir dans l’espace. Tremplin.

Pourquoi ces erreurs figées dans le chaos terrifiant des trafics de la presse ? NEW YORK Times. WASHINGTON Post. Le MONDE. The GARDIAN.

La responsabilité due à l’alerte permet un monde différent. Pas en asservis, en entreprenants.

Révolutionnaire dans le contenu d’une conscience. Transformer. L’ouvre-boîte des conserves.

Dedans dehors. Vers l’intérieur, vers l’extérieur.

Dans l’instant, sur le défi porté.

Face aux questions du monde. Dans les réactions multiples.

Prêt. Le voir.

Qui crée le fondamental : « Dedans, dehors, face à tout cela, qu’est-ce que je veux ? » sans s’en ficher, sans se ficher ?

Aux ordres ? Faire plaisir aux autres ? Pion ? Ou changer de vitesse ?

Tirer sa main du feu. Qui voudrait souffrir prit, et frit ? À en être con. Sorbonnacré.

Et la main anesthésiée ? Ces fonctionnaires se laissaient crever, 46 ans durant, dans leur Fac lardée, sans murmurer. Si, ici, on cousait des petites filles ? Suivant la coutume. « Boit ton vin, c’est du bon vin ». Nos ancêtres. Gaulois d’Afrique. Du Nord, du Sud, de l’Est. Là où l’on profite d’autrui sans vergogne.

Des dogmes proposent. Les dictats disposent. Le flot emporte, affaires, vie politique, religieuse, scientifique, de famille. Des fragments. Ce qui permet la beauté aussi, la générosité, la nature. Le sens de l’immense. L’infini du 8. La ronde infinie.

Les actions fragmentaires apportent leurs opposés : communistes, socialistes,
capitalistes, « istes » à l’infini ; les activistes. Et les actions contradictoires tiennent, consciemment, inconsciemment, des activités contraires à l’enjeu initial … Divisions, d’autant plus ! Fragmenter. Emmurer. Démembrer. Fractionner. Mieux régner.

Le voir. Acte valable. Sain.

Monde désagrégé morcelé, où la violence s’impose. Violence normale banale, sans nom. Brute. Sous nos yeux.

L’homme veut avoir raison, s’établir ou écraser les autres par sa raison raisonnante, gouvernement en tête. Et la tête qu’ils font ! La tête qu’ils ont !

Souffrance, anxiété, peur, imitation, comparaison. Plus, plus, pour écraser l’autre. Dinosaures en succès, dévoreurs de mammifères, des premiers oiseaux.

La presse n’apprécie pas. Pas la vérité. Elle insiste pour déposer son grain de sel. Son droit de mentir. Sa forme de tyrannie. À sculpter la réalité. À son gré. À imposer ses idiosyncrasies. L’arrogance aveugle d’une pensée qui croit expliciter. Qui sait tout, l’aveugle, toujours tout.
Surtout à Censier floquée, exemple parfait.

Sortir du système, transformé, face au monde en tronçons qui refuse le vrai.

Qui envisage que cela puisse marcher ? Qui osera arrêter, fera tout pour arrêter
l’empoisonnement collectif ? Le génocide ? La mort en Fac ?

Qui respectera le droit, comme ce prix Nobel jeté en prison, pour son respect qui dérange ?
Qui dérange l’ordre du pouvoir super-imposé, chinois ?

Le lanceur de vérité - la liberté pour tous - n’a pas à obéir à qui que ce soit, ni à quoi que ce soit, fausse excellence, robotisation, cheptel hurlant, magistrat manche ou balais.

Le lanceur d’alerte réalise, plutôt que cogiter.

Confrontant le fait du danger : « NON » à la mort placardée par forces monnayées.
Transgression des valeurs trop courantes. Dictatures mafieuses toutes en complaisances.
Nucléaire iranien. Le statut fonctionnaire français statufié, s’étouffe, l’esbroufe.

Car l’activité contradictoire, gouvernementale, mentale, cérébrale, se contredit sans cesse.

Magma de mots, de morts, de mensonges.

Assez d’école primaire, appliquée dans les universités. La sève arrêtée.

L’État des lieux au pays où rien ne bouge. Pendant que WOERTH cache et se cache. L’ombre lui convient, lui et sa femme. Qui est ce ministre ? Qui le sait ?

Les Francs de Polynésie Française rémunèrent les pouvoirs publics sans jamais exister : les XPF. Pourquoi ? Qu’y a-t-il encore à cacher ? Des transits ? Du tube digestif ? Des retraites, déjà oubliées, l’agonie d’un mythe français.

Le mouvement de la vie accepte mal ces possessivités, calculs, manipulations, anxiétés et paniques. Lardés en Sorbonne Nouvelle aux prisonniers modèles d’un comportement asservi.
Serfs d’une société aux siècles d’immoralité, d’immobilisme, de règles imposées. Pauvres étudiants, dans tous les sens du terme.

Jalousie, domination, haine, envie, désir de posséder : structures du plaisir bestial. Professoral.
Bien noté.

Formules, systèmes, schémas : les voir s’évanouir dans un 8 infini de l’intérieur à l’extérieur,
et vice versa.

Un flot de vie sans commencement ni fin, jaillit. Dans le fini. Fouler la neige chez soi.

L’homme nouveau. Déjà. Le lanceur d’alerte. Jamais compris face à sa Fac Paris-III, l’inerte.

Bêtise incarnée. Com-par-ti-men-tée. Muselée.

Pur atavisme. Sans voir ni savoir. Bouger ni faire bouger.

Caractère ancestral, primitif. Cocorico stratifié.

Capito, Censier ? Réfléchis sur ta cage à rats, l’amiantée.

Pour démolir et t’accaparer l’Ilôt POLIVEAU : il te faut, d’abord, le dé-sa-mi-an-ter.

Capito, Censier ?

Le voir, d’un coup.

Pour résumer :

Premier poisson marchant sur terre, il y a des millions d’années.

Héros bancal aux nageoires, branchies, écailles rampantes.

Cartilages. Moustaches. Poitrail. En marche.

Quand les reptiles n’existent pas, ni les gracieuses gazelles, ni les démarches félines.

Menu fretin qui ose trouer l’espace, sacré poisson.

Voie de transformation. Changer de dimension, de direction.

Annonce d’une alerte.

Loin de l’ignominie. Sur terre ferme, avancer. Y aller.

L’aube d’un homme nouveau.

Voir : <langinieux.ouvaton.org>

Paris, le 21 janvier 2011
 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


Commenter cet article