NICOLAS SARKOSY, CRIF, EGYPTE, PARTI ANTISIONISTE, PALESTINE, AFGHANISTAN, TEL-AVIV, PARIS, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

Publié le par lavapeur

 

   L'ECHO des MONTAGNES vous demande avec insistance de cliquez sur le lien ci-dessous, pour pouvoir lire intelligemment ce qui suit et ne pas être emmerder par les jérusalistes:

 

LIBERTE DE LA PRESSE, LIBERTE D'EXPRESSION, LIBERT...

                                   SPOLIATIS ARMA SUPERSUS

Cliquez sur l’horloge :

Calendrier et horloge de l'EdM


Voici un communiqué, très important du Parti antisioniste:

Le 12 février 2011

Dîner du CRIF : Sarkozy fait état des « racines juives de la France »

Le dîner du CRIF (Conseil Représentatif d'Israël en France) a eu lieu ce mercredi 9 février à Paris. Toute la classe politique était au rendez-vous, la droite (UMP) comme la gauche (PS).
Nous publierons ultérieurement les noms des invités, afin que les électeurs sachent pour qui ils votent, et comprennent que derrière les empoignades à la télévision tous ces politiques sont unis et tenus par le lobby sioniste. Cette année, Nicolas Sarkozy était l’invité d'honneur, et son discours mérite quelques commentaires.

Pour la première fois, M. Sarkozy a fait état des « racines juives de la France ». On
comprend mieux à présent pourquoi les dirigeants politiques français se sont toujours opposés à la mention des racines chrétiennes de la France. On nous a fait croire que c’était au nom de la laïcité, mais pas du tout. C’était en réalité pour nous réserver la surprise : la France a des racines juives ! Finis les racines gréco-latines et le christianisme. On aurait en effet retrouvé en France la trace de « bains rituels juifs »… datant du Moyen-Âge !

Selon M. Sarkozy, la présence juive en Gaulle serait antérieure au christianisme, donc nous aurions des « racines juives », et donc la France doit soutenir l’entité sioniste en Palestine… ! La France est ainsi devenue, en quelque sorte, la fille aînée non pas de l’Eglise comme on le disait autrefois, mais la fille aînée d’Israël. Les Français catholiques, mais aussi musulmans, apprécieront ! Quant aux incroyants, ils apprendront néanmoins qu’ils ont des racines juives…

Ces considérations « culturelles », auxquelles Sarkozy ne nous avait pas habitué (préférant les réserver à ses amis du CRIF), n’ont qu’un but : confirmer et accentuer le soutien inconditionnel au sionisme. Au sujet du soldat israélien prisonnier, il ose déclarer que « s’attaquer à Gilad, c’est s’attaquer à la France ». Ainsi, parce que ce soldat de l’armée sioniste possède des papiers français, la France serait attaquée par la Résistance palestinienne.
On voit où veut nous conduire Nicolas Sarkozy avec ce binational franco-israélien (ou plutôt, cet Israélien doté de papiers français). Il tente de monter l’opinion française contre la Résistance en Palestine, ce qui pour l’instant n’a pas l’air de fonctionner malgré les campagnes sionistes destinées à nous apitoyer.

Nicolas Sarkozy, lors de son discours à ce dîner du CRIF, a également rappelé ce qui a toujours été sa position : « la sécurité d’Israël est une priorité stratégique ». Nous savons à présent pourquoi des Français meurent en Afghanistan aujourd’hui, et peut-être dans d’autres endroits demain : pour la sécurité de l’entité sioniste installée enPalestine !

Bien-sûr, un tel dîner aurait été gâché sans des attaques contre la révolution arabe en cours.
Après les formules hypocrites sur la « démocratie », on s’empresse de pointer du doigt les « Islamistes », c'est-à-dire en réalité les hommes politiques arabes qui refusent d’être les collaborateurs d’Israël. Ainsi, depuis Paris, les sionistes indiquent par avance aux peuples arabes la limite à ne pas franchir. Ils devront avoir des gouvernements ayant préalablement reçu l’approbation de Tel Aviv. Et dans la foulée, Nicolas Sarkozy attaque et menace la République islamique d’Iran, reprenant les calomnies prononcées par le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, qui sont de véritables appels à l’agression.

Ce dîner du lobby sioniste à Paris a pleinement confirmé nos analyses. Le gouvernement français est totalement entre les mains de ce lobby qui détermine la politique de notre pays. Et les propos de M. Sarkozy sur les prétendues « racines juives » de la France démontrent bien le degré de sionisation de nos gouvernants, et indiquent un pas de plus dans la soumission : renier notre histoire afin de faire de la France un « territoire » ayant de soi- disant racines sionistes…

Parti Anti Sioniste
 

Le 10 février 2010

Roger Cukierman, ex-président du CRIF : « Ce qui se passe en Égypte n’est pas de bon augure ! »

Roger Cukierman a précédé Richard Prasquier à la présidence du CRIF (Conseil
Représentatif d'Israël en France). Cet ancien cadre supérieur de la banque Rothschild et d’autres organismes financiers israéliens en France, n’en demeure pas moins un sioniste actif et influent. D’ailleurs, son point de vue sur la révolte du peuple égyptien contre le régime de Hosni Moubarak mérite qu’on s’y intéresse…

Dans une déclaration faite à la radio parisienne Judaïques FM, et reproduite sur le site du CRIF, il affirme d’emblée : « Ce qui se passe en Égypte n’est pas de bon augure ! ». Et il poursuit en nous expliquant que les Arabes ne sont pas faits pour la démocratie… Nul besoin d'études génétiques, c’est un dirigeant du CRIF qui le dit et cela doit suffire ! Mais le principal danger, aux yeux de ce sioniste, est l’arrivée au pouvoir des Frères Musulmans.
Ceux-ci, comme leurs frères du Hamas, souhaitent en effet la disparition de l’entité sioniste installée en Palestine puis officialisée en « État » par les grandes puissances de 1948, lesquelles s’étaient autoproclamées « Nations Unies ».

Voilà pourquoi les Égyptiens doivent continuer à subir la dictature, la misère, l’humiliation… Il en va de la survie d’ « Israël » et de son régime raciste et colonial ! Ainsi, d'après M. Cukierman, à la question que se posent les « Juifs » au sujet de l'avènement de la démocratie en Égypte – « Est-ce bon pour nous ? » – la réponse serait, toujours selon l'ancien président du CRIF : « Il y a de quoi être inquiet ! ». La question elle-même est révélatrice de tout un état d’esprit. Les prétendues valeurs universelles – la démocratie, les droits de l’homme, l’humanité, etc. – derrière lesquelles Israël a longtemps cherché à cacher sa vraie nature, sont
aujourd'hui jetées par-dessus bord pour se résumer à une seule interrogation :

« Est-ce bon pour nous ? ».

Ce « nous » représente en réalité les sionistes, que M. Cukierman assimile
un peu trop rapidement aux Juifs, oubliant volontairement les rabbins et militants de Neturei Karta, ceux de Yechouroun, et tant d’autres Juifs qui combattent le sionisme en Israël et dans le monde.

Ces prétendues valeurs universelles, balayées d’un revers de main quand il s’agit d’Israël, ne sont que des arguments propagandistes de l’USraël et de l’Occident sionisé, destinés à désarmer politiquement et spirituellement les peuples arabes assujettis. Ces valeurs servent aussi à justifier toutes les agressions de l’USraël afin de maintenir sa domination. Mais, dès que les dirigeants sionistes se sentent menacés, les masques tombent. La « démocratie », c’est uniquement « ce qui est bon pour Israël ! », nous répètent en chœur toutes les grandes consciences de France et d’ailleurs, ceux-là même qui pétitionnent et pérorent quand il s’agit
de calomnier le Front de la Résistance (Iran, Syrie, Liban, Palestine : la liste s’allongera sans doute dans les mois qui viennent !).

La révolution en marche dans le monde arabe – révolution qui n’en est qu’à ses débuts – a mis à nu l’hypocrisie des gouvernements occidentaux. Même les plus aveugles ont pu constater une chose : toute notre politique étrangère consiste à défendre Israël ! Les réels intérêts – matériels et moraux – des Arabes ne pèsent rien comparés à la survie de l’entitésioniste. De même que les réels intérêts des Français ne comptent pas, Nicolas Sarkozy ayant transformé la France – à la demande du CRIF – en simple auxiliaire de Tel Aviv…

Les Arabes et les Français, au sujet du sionisme et de ses lobbies, ont eux aussi le droit de se demander : « Est-ce bon pour nous ? ». Et leur réponse serait invariablement la suivante : « Non, le sionisme et Israël sont non seulement injustes et immoraux, mais ils sont aussi contraires à nos vrais intérêts ». Il faut donc en tirer toutes les conclusions, et se libérer de ce lobby, véritable cancer au cœur de la République. C’est en tout cas ce que craint Roger Cukierman pour l’Égypte, mais aussi pour la France. Et les craintes du CRIF et de leurs amis
sont, pour le Parti Anti Sioniste, une véritable source de joie !

Parti Anti Sioniste
 


 


 


 


 


 


Commenter cet article