SAVOIE, BRIGADE DE SAVOIE, DOMINIQUE DORD, AIX-les-BAINS, GENEVE, SUISSE, T.V.A., CHRISTINE LAGARDE, UMP, FREDERIC BERGER, ECHO DES MONTAGNES, DIEU, ERIC WOERTH, RETRAITE,

Publié le par lavapeur










L'ÉCHO des MONTAGNES, dans le légitime but de vous informer, ce qui est un droit constitutionnel et international, continue sa lutte contre les politichiens mondiaux jérusalistes-maçons-sataniques, du moins ceux oublieux de leurs idéaux !
ISBN :22191
ISSN :12996769

L'E.D.M", journal d'investigation par Frédéric BERGER !
par Brice-J

Votre rédacteur, Frédéric BERGER, en chef aura du travail pour vider la poubelle des politichiens mondiaux jérusalistes-maçons, du moins ceux, oublieux de leurs idéaux, notamment dans le dossier de l'argent de la SAVOIE et de la SUISSE , mais n’oublions pas que la France est un pays en guerre d’occupation en AFGHANISTAN, en SAVOIE et en CORSE !
Cliquez sur le lien suivant, surtout pour les jérusalistes-maçonniques sataniques pervers, qui ne savent pas lire les lois qui les emmerdent et aussi pour les procureurs aux ordres avec certains valets policiers et certains gendarmes et autres barbouzes :

LIBERTE d'EXPRESSION, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER, CENSURE, SAVOIE, CORSE, TRAITE ANNEXION, GENDARMERIE, JUSTICE, COLUCHE, RESTO DU COEUR,



Voila, voila, DOMINIQUE DORD, député maire d'Aix- les- Bains, (nage-t-il avec CRI-CRI, la championne de l'Europe de l'Est?), a été nommé "trésorier de l'Union des Menteurs Professionnels", en lieu et place d'Éric WOERTH.
L'ECHO des MONTAGNES a trouvé curieux cette nomination et a donc enquêté, bonne pioche: en clair l'argent de la SAVOIE disparaitrait  en FRANCE dans les caisses de L'Union des Menteurs Professionnels.

La SAVOIE, étant un état souverain, nous exigeons le rapatriement de cet argent, volé aux Savoisiens depuis des années. A vos calculettes, patriotes Savoisiens, depuis 1973!!!!!

Christine LAGARDE qu'as-tu fait de cet argent, il n'apparait pas dans la comptabilité nationale, pourquoi?
Rassures-toi CRI-CRI, les SUISSES sont honnêtes et vont communiqués le montant à ton journal préféré, car la compensation de la T.V.A cela fait des milliards d'euros qui se perdraient dans la forêt de Chantilly d'ERIC WOERTH ou à BERCY?

Remboursez l'argent volé aux SAVOISIENS de la SAVOIE SOUVERAINE!!!!!

Voici le dossier:

L’impôt frontalier ouvre l’appétit côté français


 

Les fonds frontaliers aiguisent l’appétit. Cette manne financière de plusieurs dizaines de millions, prélevés sur les impôts de cette catégorie de travailleurs par l’Etat de Genève, est reversée chaque année aux départements et communes français limitrophes. Or, cette part du gâteau frontalier (lire ci-dessous) devrait être plus importante encore, revendique Étienne Blanc, député de l’Ain et président de l’Association régionale de coopération du Genevois. Il marche sur des œufs… Car le simple fait d’évoquer cette enveloppe, c’est prendre le risque de toucher aux intérêts financiers et politiques de part et d’autre de la frontière. La nouvelle prend par surprise l’Etat de Genève et suscite même de vives inquiétudes en France voisine.

Pas une attaque

«Il ne s’agit pas de lancer une attaque vis-à-vis de la Suisse, insiste Étienne Blanc, mais de discuter des financements prévus dans le cadre du projet d’agglomération franco-valdo-genevois.» Construction du CEVA, prolongement des trams vers Annemasse, Saint-Julien et Saint-Genis, réalisation de parkings P+R, la liste des infrastructures à la charge des Français est longue, mais les caisses sont vides.

La facture globale, en cours de calcul, «se chiffre en centaines de millions d’euros», observe Etienne Blanc. Le tour de table entamé avec les partenaires français s’avère si peu fructueux qu’il s’agit maintenant de partir en quête d’un financement côté genevois. L’imposition à la source des frontaliers ouvre droit à une compensation financière versée aux Français, qui vise justement à financer ce genre de projets. Depuis l’accord signé en 1973, le nombre de frontaliers est passé de 22500 à 80000 et les problématiques ont évolué. Le taux de répartition ne serait plus suffisant au goût de l’élu de droite qui parle de «mieux cogérer ces fonds».

«L’idée est d’obtenir une part complémentaire sur l’impôt des frontaliers», précise-t-il, sans vouloir toucher à l’accord de 1973. Quoi qu’il en soit, Étienne Blanc jette un pavé dans la mare.

Le député aurait exposé sa vision du problème aux Genevois. Mais dans les départements concernés, c’est la surprise. Illustration avec Pierre-François Unger, conseiller d’Etat en charge des relations transfrontalières: «Ce sujet n’a jamais été abordé. Les fonds frontaliers représentaient 192 millions de francs en 2008. Ce n’est pas négligeable!, relativise-t-il. On peut toujours discuter de tout, mais avant de parler d’une hausse de l’enveloppe, il y a mille choses à étudier.» Et pourquoi pas, selon lui, commencer par réclamer aux voisins français toutes les affectations de ces fonds depuis sa création en 1973? Une demande de transparence légitime, mais qui pourrait bien s’avérer gênante pour les Français. Pourquoi tu tousses CHRISTINE LAGARDE, pourquoi as-tu porter plainte contre l'ECHO DES MONTAGNES?

Pour le faire taire c'est raté, nous avons découvert le pot aux roses et la cagnotte de l'UMP!!!!!

«Ce serait suicidaire!»

Autre élément à prendre en compte: toucher à cette compensation issue de l’impôt à la source nécessiterait-il de passer par une votation populaire? «A priori, non. Le traité de 1973 n’a pas force de loi. Mais il faudrait obtenir un avis de droit pour en être sûr, analyse Pierre-François Unger. Voyez à quel point cela pose des questions!»

Un avis partagé par le Groupement transfrontalier européen, qui souligne d’autres risques. «Le sujet des frontaliers est politiquement sensible à Genève, rappelle son secrétaire général, Jean-François Besson. J’imagine mal le Conseil d’Etat se prononcer favorablement. Politiquement, ce serait suicidaire!»

Paris pourrait en profiter

La France voisine n’aurait pas non plus intérêt à ouvrir la boîte de Pandore. Aujourd’hui, cet impôt tombe directement dans les caisses des départements de la Haute-Savoie,(pourquoi tu tousses DOMINIQUE DORD, va danser au MACUMBA, cela te changera les idées, j'ai de belles photos de toi au Macumba, car tu es beau!), de l’Ain et des communes. Or, il s’agit d’une exception française. Paris pourrait bien profiter de l’occasion pour s’intéresser à la question et, pourquoi pas, exiger un changement de répartition des fonds.

C’est d’ailleurs la plus grande crainte de certains élus locaux qui fustigent la position d’Etienne Blanc. «Ceux qui connaissent la fragilité des fonds frontaliers dans le cadre des relations franco-suisses sont très inquiets de cette initiative personnelle», résume l’un de ses amis politiques.

Toucher au gâteau frontalier pourrait bien en empoisonner plus d’un.

Sophie Roselli



Voila, voila, une des raisons de la nomination de DOMINIQUE DORD, comme PIQUE-SOUS de l'Union des Menteurs Professionnels de la France!

Moi, Frédéric BERGER, rédacteur en chef de l'Écho DES MONTAGNES, exige le retour de ces sommes de plusieurs milliard d'euros depuis 1973 à la SAVOIE SOUVERAINE.

Moi Frédéric BERGER, des Brigades de la SAVOIE,ce corps d'élites s'appelle aussi les "cravates rouges", diligentera toutes mesures pour le rapatriement de cet argent à la SAVOIE!!!


Pour votre culture:


La BRIGADE de SAVOIE

Savoyards, Piémontais, mercenaires Suisses, Français, Irlandais, s'étaient toujours trouvés réunis dans les armées des Comtes puis Ducs de Savoie.
En 1559. le traité de Cateau-Cambrésis. qui met fin à la guerre d'Italie, rend au Duc de Savoie Emmanuel-Philibert 1er ses états jusqu'alors confisqués par la France. Le premier souci du Duc. grand vainqueur de la mémorable bataille de St-Quentin sera de reconstruire ses forces militaires, de diminuer le nombre des mercenaires et de s'entourer en quelque sorte d'une armée nationale.
L'édit de Verceil proclame :
" Nous avons avisé d'établir gens de guerre qui soient nos propres sujets ; ils serviront pour la défense de leur patrie "
II faudra toutefois attendre 1660 pour la création d'une brigade qui portera le nom de .BRIGADE DE SAVOIE!
Au moment de sa formation. " Savoie " comprend une grande majorité de savoyards. Il reçoit aussi des Valdotains. des habitants des vallées vaudoises du Piémont qui parlaient la même langue, c'est-à-dire le franco-provençal ; seuls les officiers utilisaient le français.
En 1667. l'effectif s'élevait à 2 000 hommes.
Particularité pour la Brigade : Sa fameuse cravate rouge qu'elle conservera jusqu'en 1860.
Le Duc de Savoie, pour aider Venise en guerre contre les turcs, envoie en Crète à Candie 500 hommes.
La belle résistance des savoyards a l'assaut turc du 22 mai 1667 leur vaudra une lettre de félicitations du sénat de Venise.
Victor-Amédée entre en guerre contre Louis XIV ; à la bataille de la " Saffarde ", le régiment de " Savoie " va se distinguer, confirmera sa réputation dans la défense de Coni - assiégé en 1691. Au siège de Nice " Savoie " s'en sortira avec les honneurs de la guerre. A la bataille de " La Marsaille" la Brigade de Savoie perd lO OOO hommes morts ou blessés.
Le 5 juin 1704, deux bataillons de la Brigade de Savoie participent à la défense de Verceil assiégé par le duc de Vendôme.
En 1706 au siège de Turin, le régiment de Savoie prendra part aux 34 sorties des assiégés.
Le 25 août, lors de l'attaque des français, l'explosion d'un magasin à poudre met le désordre parmi les Savoyards qui se reprendront grâce à leur courage indomptable. Le siège est levé le 7 septembre.
En 1714. un bataillon de Savoie défend Syracuse en Sicile contre les espagnols. Il résistera aux terribles assauts et quittera la Sicile en 1720.
De 1742 à 1748, la Savoie est occupée par les espagnols alliés aux français. La Brigade de Savoie sera toujours en 1ère ligne.
A l'arrivée de Napoléon 1er en Piémont, la Brigade de Savoie se rallie à l'empereur. Beaucoup de faits d'armes, de décorations de morts et de blessés parmi les officiers, sous-officiers et soldats, le plus célèbre d'entre eux est un enfant d'Evian. le Sergent Dupas, élevé au grade de Général par l'empire. Après le traité de Vienne en 1816 la Brigade reprend son service dans les Etats de Savoie.
En 1848/1849. la Campagne de Lombardie contre les autrichiens fut extrêmement dure et les morts innombrables. Pendant ces deux ans, la Brigade de Savoie sera à la pointe des combats.
En 1853. la Brigade de Savoie participe glorieusement à la Campagne de Crimée où elle se distingue tout particulièrement à Sébastopol. A son retour, elle chante pour la première fois "Les Allobroges" en défilant triomphalement dans les rues de Chambéry.

En 1859. la brigade de Savoie essuie de grosses pertes à la bataille de Solférino, prélude au rattachement de la Savoie et de Nice à la France et à la renaissance du royaume d'Italie.
En 1860, après le référendum truqué, les volontaires furent incorporés à l'armée française.
En 1870. un bataillon de volontaires pour la plupart anciens brigadistes originaires du Faucigny et du Chablais. s'illustrera sur le plateau de Langres.
Un monument leur a été érigé, place de la gare à Thonon.
Nota : Les écoles militaires italiennes citent encore actuellement les faits d'armes de la Brigade.
La devise de la Brigade était :SAVOIE BONNE NOUVELLE



c'est-à-dire que l'arrivée des savoyards pour rétablir des situations périlleuses était toujours une bonne nouvelle pour les troupes en difficultés.

CLIQUEZ SUR LE CHANT:


 



DRÊT-HIÔT







Commenter cet article