SAVOIE, COREE DU NORD, FRANCE, SUISSE, KIMG II SUNG, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

Publié le par lavapeur


Quelle différence entre la Corée du Nord et la France?

Aucune:

           car ceux sont deux dictatures, mais en Corée du Nord c'est moins dur, car les Coréens savent qu'ils sont dans une dictature.En France, les UMP au pouvoir de la dictature vous font croire que c'est une démocratie, la douce France"!


 

A Pyongyang, la Suisse «appréciée»

La Suisse entretient depuis 2003 un dialogue politique avec la Corée du Nord, en parallèle aux relations diplomatiques établies dès 1974. Mais face à un régime totalitaire, l'échange d'idées est un exercice à sens unique.

Keystone 


En plein centre de la capitale, le Musée d’art national est une enfilade de salles qui exposent les oeuvres des plus grands artistes du pays. L’immense majorité des toiles ne font que célébrer le président éternel, le grand dirigeant Kim Il-sung, «soleil de la nation», père fondateur de la Corée du Nord.

Les scènes parlent d’elles-mêmes. Pourtant, devant chaque oeuvre, la guide répète sa litanie: «notre grand dirigeant le président Kim Il-sung inaugure une locomotive, inspecte une brigade, se bat contre l’envahisseur nippon, est acclamé par une foule en liesse, est reçu en Allemagne de l’est», etc ...

Cet après-midi là, des hordes d’écoliers visitent le musée. Ils ont appris à admirer les toiles, et à fuir le regard des étrangers. Le lendemain, dans la zone démilitarisée, sur la ligne de démarcation, un soldat explique que les Américains et leurs alliés dirigent «plus de 1000 charges nucléaires» contre la Corée du Nord.

Pays sans Internet

Comment en est-il si sûr? «Les médias le disent, j’ai lu des livres, c’est comme ça», assure-t-il. Il vit dans un pays sans internet, où la télévision diffuse des programmes martiaux à longueur de journée, et où les rares journaux chantent les louanges du régime et vilipendent l’étranger. Cinq Suisses

«La Suisse est appréciée ici», déclare l’ambassadeur de Suisse en Chine, en Mongolie et en Corée du Nord. Blaise Godet, basé à Pékin, vient de passer quatre jours à Pyongyang. «Nous n’avons pas d’agenda politique concernant la Corée du Nord», ce qui selon le diplomate rassure ses interlocuteurs.

La Suisse entretient un dialogue régulier avec le régime de Pyongyang. «Même avec les régimes les plus fermés, il est important de s’engager dans des discussions pour tout simplement faire partager nos vues», estime Blaise Godet.

Discuter quand même

Il constate du reste une évolution dans le pays: «Les Coréens du Nord perçoivent peut-être mieux que ce n’était le cas autrefois qu’ils ne peuvent vivre totalement isolés du reste du monde».

Dans sa tentative de «faire passer des messages de la part de la Suisse», le diplomate s’est notamment entretenu avec le vice-ministre nord-coréen des affaires étrangères. Ses visites régulières sont aussi l’occasion de rencontrer la communauté suisse. Ils sont cinq, tous coopérants.

 

Les banksters ne perdent pas le Nord (de la Corée) pour camoufler le fric dans les coffres du Gruyère de KIMG II SUNG, comme ils l'ont fait pour les nazis...

Commenter cet article