SUISSE, SAVOIE, DECHET NUCLEAIRE, ROUGEMONT, SAANEN, BERNE, LAUZANNE, NATURE, RADIOACTIVITE, VAUD, ECHO DES MONTAGNES, FRANCOIS DE SIEBENTHAL, FREDERIC BERGER, SANTE, TOURISME

Publié le par lavapeur



L'ECHO des MONTAGNES vous demande avec insistance de cliquez sur le lien ci-dessous, pour pouvoir lire intelligemment ce qui suit et ne pas être emmerder par les jérusalistes:


LIBERTE DE LA PRESSE, LIBERTE D'EXPRESSION, LIBERT...

L'ÉCHO des MONTAGNES vous révèle un dossier explosif, concernant les déchets nucléaires déposés en SUISSE!!

L'enfouissement est un problème important
En Kunz Lucy.Envoyé par FRANCOIS DE SIEBENTHAL

*

Sur le chemin forestier entre Saanen et Rougemont il y aura une décharge pour matériaux inertes et de déblais à l'entrée de Vaud . Les résidents et la communauté de ROUGEMONT se défendent contre elle. Y at-il une alternative?

Voici le lieu prévu pour le stockage:

En Saanenland il ya trop peu de sites pour les débris de construction et matériaux d'excavation. Le site d'enfouissement dans le village est sous  l'autorité de Rütti Grünig Andreas, chef de la direction de la Montagne Région Haute-Saanenland Simmental, qui est responsable de la planification et la sécurisation des sites d'enfouissement dans la région qui va  atteindre ses limites dans environ trois ans. Depuis 1989, réduisant ainsi le SL et l'enfouissement AG recherche d'un autre site de décharge pour inertes et matériaux d'excavation. Les déchets inertes sont d'origine minérale ou métallique qui ne peuvent pas être stockés sur une décharge normale. «Nous avons voyagé par tous sont Saanenland ont plusieurs options à l'étude et en 1991, trouvé sur le Teilegg l'endroit idéal», a déclaré Martin Gehret, l'un des quatre entrepreneurs qui composent l'AG et responsable de l'exploitation de la décharge proposée . Dans le même souffle, il ajoute: «Bien que se pose le problème d'accès." Il est sensible à l'élargissement de la route, qui serait inévitable. Le fait que la route d'accès par la vallée de Fenile - une vallée paisible et calme - pas comme les habitants et la municipalité de Rougemont. Ils se défendent. Ils sont contre.

Le projet proposé

La commune de Saanen est l'autorité responsable de la planification du côté bernois.  Les objections doivent être traitées en conséquence. Le canton de VAUD doit coordonner tout cela. La décharge doit être capable de tenir plus de 400.000 mètres cubes. Le Saanenland diviserait la mise en décharge avec Rougemont, Rougemont ditque cela représenterait 20 pour cent de l'espace des débris de construction et 20 pour cent de l'espace pour les matériaux d'excavation. "Nous travaillons déjà ensemble sur un cantonale», a déclaré Andreas Grünig. "Le Pays d'Enhaut utilisé la mise en décharge dans le village appelé  Rütti  depuis des années avec les montagnes suisses."

Depuis la route d'accès (la route mène à travers la zone de population) à environ Teilegg Unterbort à Saanen, pour des raisons de sécurité n'est pas possible, plusieurs variantes ont été testées par la vallée de Fenile-dessus de Rougemont, qui s'est avéré être l'itinéraire le plus idéal. "Les bureaux doivent être consultés afin tôt ou tard, d'accord", a déclaré Andreas Grünig. La piste de chariot existante doit être renforcée et complétée  par Ausstellplätze de sorte que le 15 peut croisière jusqu'à 20 camions par jour. Après 15 ans, la mise en décharge pourvoir, renaturé l'environnement et de faire le démontage de la route. «Que celui qui croit sera sauvé," ces déclarations sont commentés par Didi Rockman , résident local et membre de l'Association des SOS Vallée Fenile.

L'opposition de Rougemont

"Nous avons toujours lutté contre le projet», explique Didi Rockman. Mais maintenant, il était nécessaire de mettre en place une organisation et tourner à Pro Natura. Le facteur décisif pour cela a été la participation du canton de Vaud. "Le projet pourrait également fonctionner au niveau communautaire», a déclaré le Zurich-né, qui a vécu plus de 25 ans dans les environs immédiats de la route d'accès proposée. "La vallée de l'association SOS Fenile se compose d'un comité de sept membres de résidents, ce qui permettra de protéger la vallée, l'un des dix plus belles vallées en Suisse."

Le conseil local de Rougemont, qui avait accepté dans les années quatre-vingt  le projet, a voté à l'unanimité dans un nouveau mode de scrutin contre elle. "Les temps ont changé et le conseil aussi," fondée par Ernest Siebenthal, responsable du conseil municipal de Rougemont: «. L'accès à la décharge et la décharge elle-même sont configurés dans un endroit misérable, et nous devons chercher des alternatives" Le conseil a l'intention de d'apporter l'objection du projet. Le dernier mot, cependant,appartient au  canton de Vaud, qui peut choisir d'exproprier les propriétaires de terrains pour la construction de routes. La vallée du Comité SOS, quant à lui, Fenil est prêt à se battre, si nécessaire, ils vont en cour fédérale.

Où sont les alternatives?

"Il y a d'autres possibilités, alors pourquoi devrait se poser, la mise en décharge de toutes les choses sur le Teilegg?" Rockman demande Didi. «Parce qu'il n'existe pas d'alternative", a déclaré Andreas Grünig: c'est "Le nouveau plan a récemment approuvé la structure d'exploration est en effet de nouveaux sites d'enfouissement, mais pas Inertstandorte.
L'idée d'un citoyen, le détroit de sa Saanen Steigenberger sur le dos de l'hôtel Unterbort Solsana  peut être réalisé ,mais il doit encore être examiné par les autorités compétentes.

La prochaine étape sera que le projet sera lancé à la fois par la commune de Saanen, ainsi que le canton de Vaud public. Avec objections est à prévoir. (Oberland bernois)

Eaux potables de Lausanne menacées ?

14'500 litres d'eau pure peuvent venir du Pays d' Enhaut (Gumfluh)  pour alimenter Lausanne



Ces eaux notamment vont être polluées par un projet fou d'une décharge de plus de 450'000 m3 de déchets "inertes", 450'000 m3 pour la première phase... près de 50'000 camions sur l' Alpe !

 
Grischbachtal Les Fenils Saanen Land Gstaad Gessenay, Décharge du Teilegg – 450'000 m3 au moins pour la première phase...




 

Des déchets inertes peuvent être nucléaires (sic, faiblement officiellement mais en fait très toxiques ), bitumineux, à l'amiante ( Eternit ) , des restes de façades au goudron  avec aussi des peintures au plomb...

La première phase est de près de 500'000 m3 (sic)50'000 camions à la montée, puis à la descente...depuis où, pour de l'argent ?), mais on devine déjà la 2ème phase...et la 3ème...

Le canton n'a pas du tout parlé de l'impact sur la faune et le paysage, ce qui a été relevé par une des personnes présente. Le canton n'a pas fait d'étude d'impact sur l'environnement, car elle n'est obligatoire que pour les décharges supérieures à 500'000 m3. Celle du Teilegg est prévue pour 460'000m3… cherchez l'erreur. 
Le représentant de Pronatura a posé une question concernant les eaux polluées qui sortiront de la décharge, le canton a été emprunté !
L'affaire Tridel nous a prouvé que les "autorités" se moquent de nous, avec des ordures très toxiques italiennes qui viennent de nuit, sans aucun contrôle, par train et par camions... ( quotas explosés. à la limite des capacités, filtres engorgés, sans contrôles sérieux, cancers, etc...)


Déchets SOI-DISANT inertes à très faible activité (TFA) polluent les nappes phréatiques et toute la nature pour des milliers d'années.

Il s'agit là de tout ceux qui ne présentent pas d'activité radioactive particulière mais se sont trouvés en contact avec une installation nucléaire, tels que les déchets de démolition des bâtiments des centrales démantelées. Cela représente plusieurs dizaines de milliers de tonnes par an. Jusqu'à il y a peu, la France faisait figure d'exception puisqu'elle imposait pour ces déchets un stockage particulier, sur les mêmes sites que les FMA-VC. Désormais, ces déchets vont être banalisés et recyclés vers les industries conventionnelles.

Mais la loi est ainsi faite qu'ils ne testent que la radioactivité de l'uranium mais pas celle des autres radio nucléides dangereux...

 

Vaud et la Gruyère pollués gravement !


Nos autorités nous mentent. Tridel notamment brûle des déchets italiens, français, allemands.

Près de 200'000 tonnes chaque année, avec des nano particules très dangereuses, Alzheimer, cancers...


Ordures italiennes sans aucun contrôle, fortement toxiques.


Ordures allemandes et françaises, sans aucun contrôle.

Ordures étrangères illégales en Suisse car venant de l'étranger.

Chaque pays doit traiter ses propres ordures sur son territoire selon les conventions signées.


Une noria de camions vers Rougemont Les Fenils Gessenay et Gstaad avec des déchets "inertes", en fait très polluants...

Les eaux pures alpestres polluées ? NON

Des norias de camions à travers les Alpes, c'est très étrange. 

Le fric gagné signifie que ces déchets sont très toxiques, probablement des "affaires" mafieuses.




Affirmations d'autorités mensongères...

"Les déchets de très faible activité (TFA) :
 Ils proviennent du démantèlement des installations nucléaires ou d'industries classiques utilisant des matériaux "naturellement" ( faux et scandaleux) radioactifs. Ils se présentent généralement sous forme de déchets inertes (bétons, gravats…). Ils sont peu radioactifs, leur activité moyenne est inférieure à 100 Becquerels par gramme, mais les volumes sont importants. ( et polluent l'eau potable dans la plus grande partie de la France, voir notamment à Limoges, Areva, au Tricastin etc...).
http://www.observatoire-environnement.org/tbe/Les-differentes-categories-de.html


Exemple européen:

http://www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?catid=14705
  • Produit initial à l'origine du déchet
Le caractère inerte d'un déchet est défini par la réglementation relative à la mise en décharge (voir l'onglet Cadre réglementaire).
Les déchets inertes sont des déchets minéraux non souillés dont le caractère polluant et la nature évolutive est très faible.

Les déchets inertes proviennent principalement des chantiers des travaux publics, du génie civil (ponts…) et du bâtiment. Les déchets sont générés lors de la construction, de la rénovation, maintenance ou réhabilitation de ces ouvrages et bâtiment puis lors de leur fin de vie (déconstruction, démolition).

Les principaux matériaux pouvant être à l'origine de déchets inertes sont :
  • Les matériaux de construction parmi lesquels : 
  •     - Les matériaux minéraux naturels (pierre, marbre, grès, ardoise…),
        - Le béton, le ciment,
        - 
    Les enrobés bitumineux…, 
        - Les terres cuites (céramique, carrelage, tuile, brique…),
        - Le verre : vitrage sans châssis, non armé,
  • Les terres et matériaux de terrassement (hors terre végétale).
  • Nature du déchet
Les déchets sont de natures différentes, ils peuvent être identifiés sous différentes formes proposées dans le tableau ci-dessous :
Appellation
Nature
Exemples
Déchets inertes généraux
Déchets essentiellement minéraux avec une très faible part de métaux (armatures béton…) ou de matières organiques (bois, carton, papier,plastiques…) ou de plâtre.
Bétons de démolition non pollués du BTP.
Pierres, briques, verre du bâtiment.
Blocs fissurés, zones argileuses, stérile primaire de l’industrie des carrières
Déchets d'amiante-ciment
Déchets d'amiante lié à du ciment sont des déchets dangereux (classification des déchets) mais aussi des déchets inertes (réglementation relative à la mise en décharge). Ils sont susceptibles de libérer des fibres d'amiante lors d'opérations de dépose, de découpage ou percement. Ils doivent faire l'objet de précautions particulières décrites dans la fiche amiante..
Plaques ondulées
Plaques support de tuiles 
Ardoises en amiante-ciment du BTP
Produits plans
Tuyaux et canalisations
Déchets non inertes
Déchets contenant du plâtre : La solubilité du plâtre dans l'eau peut entraîner la pollution des nappes phréatiques ou des réactions, dans certaines conditions, avec des matières organiques. Les déchets de plâtre ne sont donc pas des déchets inertes. (voir l’onglet « Questions/réponses » Que faire des déchets de plâtre ?) (voir l’onglet « Questions/réponses » )
Autres déchets non inertes :
· Terre végétale, tourbe
· Déchets inertes mélangés avec des déchets non dangereux de type déchets industriels banals 
· Déchets inertes mélangés avec des déchets dangereux
  • Chiffres clés

  • Selon une enquête réalisée par l'ADEME et la Fédération Nationale des Travaux Publics en 2002 et actualisée par l’IFEN et le ministère de l’Equipement en 2006, les déchets inertes des travaux publics sont estimés à 293 millions de tonnes (données 2004). L’enquête ADEME-FNTP a montré que: (données 2004). L’enquête ADEME-FNTP a montré que:
    • 66.5% sont valorisés :
          - Sur site : 31%
          - Sur d'autres sites : 11%
          - Remblai de carrières : 17%
    • 33.5% ne sont pas valorisés
          - Décharge pour déchets inertes : 22%
          - Décharge brute : 10%
    Pour les déchets du bâtiment, une enquête de l'ADEME et de la Fédération Française du Bâtiment de 1999 et actualisée par l’IFEN et le ministère de l’Equipement en 2006 (données 2004), évalue le gisement des déchets inertes du bâtiment à 41 Millions de tonnes, avec la répartition suivante (par type de chantier) : (par type de chantier) :
    • Construction neuve : 6%
    • Réhabilitation : 21%
    • Déconstruction/Démolition : 71%
    Le taux de valorisation de ces déchets n’est pas connu précisément.
  • Impact environnemental
Par nature, le stockage des déchets inertes entraîne peu de pollution de l'environnement.
 
Les principaux impacts liés à la gestion des déchets inertes se situent donc au niveau :
  • Du transport : Comme cela est précisé dans " chiffres clés " voir ci-dessus, les tonnages de déchets inertes sont considérables. Ils sont principalement transportés par la route. Leur impact sur la consommation d'énergie, la pollution atmosphérique et le bruit est donc significatif.
  • De la saturation des décharges pour déchets inertes : Certaines régions manquent de capacités de stockage pour les déchets inertes.

L'ETAT de SAVOIE soutient François de SIEBENTHAL!

 

   Ardi! zefans, gre penna! SAVOIA!

Commenter cet article